Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

EDF signe un accord sur les compétences après l’annonce en janvier de 4 000 suppressions de postes

Alors qu’en janvier EDF annonçait la suppression d’environ 4 000 postes sur la période 2016-2018, l’entreprise a signé avec trois organisations syndicales (FO, CGT et CFDT) fin octobre 2016 un accord pour "répondre aux besoins en compétences", indique la direction dans une communication datée du 4 novembre 2016. Conclu pour une période de trois ans, le texte prévoit des mesures de GPEC, de formation promotionnelle et d’accompagnement des seniors, dont des départs en retraite anticipés, mais également des recrutements avec l’objectif de 25 % des effectifs embauchés issus de l’alternance.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Suppressions de postes chez EDF : FO dénonce le "jeu de massacre" des pouvoirs publics

Le syndicat Force ouvrière a dénoncé, mercredi 20 janvier 2016, le "jeu de massacre" des pouvoirs publics concernant la gestion d’EDF SA, à la veille d’un comité central d’entreprise qui doit aborder la suppression de 4 000 postes d’ici 2018. "L’État, les autorités de régulation et la Commission européenne rivalisent dans un véritable jeu de massacre", s’insurge le syndicat dans une lettre ouverte adressée à François Hollande. Selon Vincent Hernandez, secrétaire général de FO Énergie et mines, la "réponse" de l’État aux difficultés rencontrées par l’entreprise d’électricité est de "nier au mépris de la réalité sa responsabilité écrasante et reporter sur les seuls salariés les efforts avec l’annonce de la suppression de 4 000 emplois".

Lire la suiteLire la suite