Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

Le médecin du Raid souligne le "manque de coordination" de l'unité "avec la BRI et les pompiers" le 13 novembre 2015

"Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, n’a pas tort d’appeler de ses vœux une plus grande fluidité [entre les forces d’intervention], mais on pressent déjà, en coulisse, une lutte de pouvoir qui dépasse largement nos chefs respectifs", affirme le médecin-chef du Raid, Matthieu Langlois, dans son livre "Médecin du Raid", paru le 20 octobre 2016 (1) "Davantage que quelques égo, elle oppose avant tout la gendarmerie et la police, un conflit qui me rappelle celui que j’ai connu entre les pompiers et le Samu et que j’avais déjà du mal à comprendre : une guerre longue et fratricide qui ne sert en rien les intérêts du public", souligne-t-il. Il revient sur l’intervention du Raid le 13 novembre 2015 au Bataclan, en souligne les "points faibles" et notamment le "manque de coordination avec la BRI et les pompiers", mais détaille aussi "le quotidien de cette unité d’élite".

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 93 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Sécurité globale
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Michel Cadot défend l’intervention de la BRI au Bataclan devant la commission d’enquête sur le terrorisme

Michel Cadot n’a pas estimé "nécessaire" de proposer au ministre de l’Intérieur "d’activer la FIPN (force d’intervention de la police nationale) le soir du 13 novembre 2015. C’est ce qu’indique le préfet de police de Paris lors de son audition devant la commission d’enquête sur la lutte contre le terrorisme, mercredi 23 mars 2016, dont le compte rendu vient d’être publié. "Il faut déclencher la FIPN si le dispositif territorial de droit commun […] n’apparaît pas adapté à la nature des risques ou à la nature de l’attaque qu’il faut contenir et réduire", explique-t-il. Michel Cadot précise ne pas avoir ressenti le "besoin d’obtenir des moyens supplémentaires" au Bataclan. "S’il y avait eu une deuxième prise d’otages" dans Paris le même soir, "il aurait fallu envoyer le Raid". "Et c’est à ce moment que je l’aurais proposé au ministre, pendant que nous continuions à traiter le Bataclan."

Lire la suiteLire la suite
Jean-Michel Fauvergue devant les députés : "Raid, BRI, GIGN, plus personne ne s’y retrouve"

"Raid, BRI, GIGN, plus personne ne s’y retrouve. Il m’arrive de ne pas m’y retrouver non plus", déclare le chef du Raid, Jean-Michel Fauvergue, lors de son audition par la commission d’enquête relative sur les moyens de lutte contre le terrorisme, le 9 mars 2016. "Le déclenchement systématique de la FIPN n’aurait-il pas l’avantage d’assurer une unicité d’intervention ? À mon avis, c’est peut-être une solution", affirme-t-il, selon le compte rendu publié mardi 12 juillet 2016. Le contrôleur général de la police nationale se dit en outre "persuadé que, dans les cinq à dix ans qui viennent […], une fusion des deux corps [Raid et GIGN] apparaîtra souhaitable". Jean-Michel Fauvergue indique par ailleurs que le préfet de police de Paris "est en train de revoir les règles d’intervention" du Raid et de la BRI. Il revient également sur l’assaut du Raid à Saint-Denis le 18 novembre 2015.

Lire la suiteLire la suite
Premiers secours : le retour d'expérience de la police, de la BSPP et du Samu sur les attentats de novembre 2015

"Il faut réaffirmer et conforter le rôle essentiel du [policier exerçant le] commandement des opérations de police et de la circulation" lors des crises graves, indique le professeur Denis Safran, jeudi 4 février 2016. Le responsable de l’unité de soutien médical opérationnel de la BRI (brigade de recherche et d’intervention) s’exprimait lors d’une conférence organisée dans le cadre du salon Secours expo, organisé à Paris. "Le préfet de police de Paris en est conscient. Il faut que ce commandant soit parfaitement identifié, qu’il accepte de mettre une chasuble pour qu’on le voie et qu’on lui donne toute autorité pour organiser la circulation, ce qui n’est pas facile", poursuit-il. Avec les différents intervenants de cette conférence, il revient sur "les succès et les forces de frottements" lors des attentats du 13 novembre 2015.

Lire la suiteLire la suite