Dépêche n°548797

6 min de lecture

Par Laure Delacloche

Publiée le 09/11/2016 à 08h00

Primaires de droite et du centre : le comparatif des propositions des candidats en matière d’éducation

Quelles sont les propositions des sept candidats à la primaire de la droite et du centre en matière d’éducation ? Après la publication de leurs programmes, AEF propose un comparatif. Quelle place occupe ce sujet dans leurs propositions ? Quelles sont leurs positions sur le budget de l’Éducation nationale, la réforme du collège ou encore les rythmes scolaires ? À travers plusieurs infographies, AEF détaille les propositions des quatre candidats en tête des sondages. Leur comparaison révèle un très grand nombre de convergences, notamment pour une plus grande autonomie des EPLE, et quelques différences, notamment sur le collège unique ou encore la formation des enseignants.

Cette dépêche est réservée à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
À lire aussi
Lire la suite

Présidentielle : Jean-Frédéric Poisson veut "l’autonomie de gestion" des établissements et plus de "liberté scolaire"

Jean-Frédéric Poisson propose de "replacer les chefs d’établissement en situation de responsabilité", dans son programme de candidature à la primaire de la droite et du centre, publié en octobre 2016. Il préconise l’autonomie des établissements, "seule voie pour leur permettre des marges d’amélioration". Le candidat souhaite favoriser "la liberté scolaire" en relevant le ratio public/privé et via une installation des établissements privés hors contrat "facilitée". Jean-Frédéric Poisson précise aussi que le statut de fonctionnaire "n’est pas justifié" pour les agents n’appartenant pas aux ministères régaliens.

Lire la suite

Présidentielle 2017 : les 5 propositions de Nathalie Kosciusko-Morizet pour l’enseignement scolaire

programme. Elle veut "renouer avec l’exigence du savoir" et "restaurer l’autorité" alors que "le gouvernement a cédé à la facilité et aux sirènes du 'pédagogisme'", explique-t-elle. Nathalie Kosciusko-Morizet insiste sur la formation "à la pédagogie" des enseignants, propose l’autonomie de gestion des établissements et veut "valoriser les efforts" des personnels ainsi "qu’augmenter le nombre d’heures d’apprentissage du français". Lors du débat télévisé entre les 6 candidats de la primaire le 13 octobre 2016, Nathalie Kosciusko-Morizet déclare : "quand on est enseignant, on n’est pas obligé d’être fonctionnaire". Elle ajoute vouloir embaucher les enseignants par "contrat à durée déterminée de 5, 10 ou 15 ans".

Lire la suite

À découvrir
Lire la suite

Lire la suite

Lire la suite