Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Crédit agricole et Société générale arrêtent de financer les projets de centrales à charbon, partout dans le monde

À huit jours de l’entrée en vigueur de l’accord de Paris, Crédit agricole annonce, mercredi 26 octobre 2016, "avoir décidé de ne plus financer de nouvelles centrales ou extension de centrales électriques au charbon" dans le monde entier. Jusqu’à présent, cet engagement ne valait que pour les pays à hauts revenus. Ce jeudi, Société générale lui emboîte le pas, en incluant toutefois deux exceptions : la capture et stockage de CO2 et la cogénération. Elle actualise par ailleurs sa politique sectorielle charbon et mines. Si les ONG saluent cette nouvelle prise d’engagement, un an après la COP 21, elles mettent en garde sur sa portée qui ne vaut que pour le financement de projet : les banques pourront continuer à financer des entreprises ayant pour partie une activité de charbon. Or la trajectoire 2 °C implique de songer dès aujourd’hui à la reconversion professionnelle de tout un secteur.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Les banques françaises préconisent un "green supporting factor" prudentiel pour financer la transition énergétique

La FBF plaide, le 28 septembre 2016, pour la mise en place d’un "green supporting factor" permettant d'"accélérer" le financement de la transition énergétique qui "reste un enjeu majeur". Sur le plan réglementaire européen, les banques françaises demandent un "traitement prudentiel adapté" des actifs verts : l’exigence de mobilisation de capital serait alors moindre. Afin de vérifier que les actifs sont bien verts, elles suggèrent de les adosser à des labels reconnus (label TEEC ou terminologie de la Climate bonds initiative). Et pour massifier le financement, elles préconisent une application large à l’ensemble des acteurs : "particuliers achetant un véhicule vert, financement d’un bâtiment vert par une PME, entreprises d’infrastructures solaire ou éolienne". Ségolène Royal a salué cette prise de position lors du lancement de la semaine de la finance responsable ce lundi (lire sur AEF).

Lire la suiteLire la suite