Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Ressources humaines| Dépêche n°548141

Un avant-projet de décret précise les modalités de recours à un référendum pour valider les accords d’entreprise

Les "conditions de consultation des salariés pour l’approbation des accords d’entreprise" sont précisées dans un avant-projet de décret simple circulant actuellement au sein des organisations syndicales et patronales. Ce principe de consultation référendaire est prévu pour les accords conclus par des élus du personnel, par des salariés mandatés et par des organisations syndicales qui réunissent au moins 30 % des suffrages exprimés pour des organisations représentatives, sans toutefois être majoritaires. Dans ce dernier cas, la loi El Khomri du 8 août dernier prévoit que ce principe référendaire n’est applicable dans un premier temps que pour les accords portant sur la durée du travail, les repos et les congés (au 1er janvier 2017), et aux nouveaux accords de préservation ou de développement de l’emploi.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

L’avant-projet de décret "relatif aux modalités d’approbation par consultation des salariés de certains accords d’entreprise" circule actuellement parmi les partenaires sociaux, en vue d’une prochaine consultation en CNNC. Si la loi du 8 août 2016 instaure le principe d’accords majoritaires à 50 % d’engagement prenant en compte le poids relatif de chaque organisation syndicale, elle prévoit une alternative si les signataires n’atteignent pas ces 50 %, avec la possibilité de recourir à un référendum des salariés pour valider un accord.

préparation de la consultation

En pratique, "la ou les organisations syndicales [réunissant au moins 30 % des suffrages exprimés en faveur d’organisations représentatives] sollicitant l’organisation de la consultation notifient par écrit leur demande à l’employeur et aux autres organisations syndicales représentatives dans un délai d’un mois à compter de la date de signature de l’accord", peut-on lire dans le projet de décret simple. Un protocole doit ensuite être conclu entre l’employeur et une ou plusieurs organisations syndicales ayant recueilli au moins 30 % des suffrages, pour fixer "les modalités d’organisation de la consultation" référendaire. Ce protocole doit être "porté à la connaissance des salariés par tout moyen au plus tard quinze jours avant la consultation" et des organisations syndicales représentatives peuvent saisir, dans les huit jours suivant cette information des salariés, le tribunal d’instance qui "statue en la forme des référés et en dernier ressort".

Ce principe de consultation des salariés s’applique aussi aux accords conclus par des représentants du personnel ou à défaut des salariés mandatés par des organisations syndicales. "La consultation […] est organisée dans un délai de deux mois à compter de la conclusion de l’accord. L’employeur consulte au préalable le ou les représentants élus du personnel mandatés ou le ou les salariés mandatés sur ses modalités et informe les salariés de ces modalités par tout moyen au plus tard quinze jours avant la consultation", prévoit le projet de décret. De même, "le tribunal d’instance, saisi dans un délai de huit jours à compter de l’information [des salariés] sur les modalités d’organisation du scrutin, par le ou les représentants élus du personnel mandatés ou le ou les salariés mandatés, statue en la forme des référés et en dernier ressort".

modalités de la consultation

"L’employeur [en cas de mandatement] ou […] le protocole conclu avec les organisations syndicales, définit les modalités d’organisation de la consultation, notamment : les conditions d’information des salariés sur le texte de l’accord, le lieu, la date et l’heure du scrutin, l’organisation et de déroulement du vote [et] le texte de la question soumise au vote des salariés", précise le texte.

Par ailleurs, "la consultation a lieu pendant le temps de travail, au scrutin secret sous enveloppe ou par voie électronique." Si des syndicats sont présents dans l’entreprise, "le protocole conclu avec les organisations syndicales détermine la liste des salariés couverts par l’accord". Quoi qu’il en soit, l’organisation matérielle de la consultation référendaire "incombe à l’employeur".

Enfin, "le résultat du vote fait l’objet d’un procès-verbal dont la publicité est assurée dans l’entreprise par tout moyen". "Ce procès-verbal est annexé à l’accord approuvé lors du dépôt de ce dernier" auprès de l’administration. En cas de mandatement, "le procès-verbal est également adressé à l’organisation mandante".

à lire aussi

Ressources humaines

Aperçu de la dépêche Aperçu
PL El Khomri : les dispositions sur la négociation collective et les accords collectifs
Lire la suite

Ressources humaines

Aperçu de la dépêche Aperçu
PL El Khomri : la généralisation de l'accord majoritaire et du référendum n'entrera pas en vigueur automatiquement
Lire la suite
Projet de loi El Khomri : la possibilité référendaire de validation des accords se généraliserait au 1er septembre 2019

La nouvelle version de l’avant-projet de loi "visant à instituer de nouvelles libertés et de nouvelles protections pour les entreprises et les actifs" revient sur les modalités d’entrée en vigueur des nouvelles dispositions de validation des accords d’entreprises. Dans un premier temps, la validation par 50 % d’engagement ou à défaut par une consultation des salariés à la demande d’organisations représentant plus de 30 % des suffrages, ne serait appliquée qu’aux accords portant sur la durée du travail, les repos et les congés, y compris les futurs accords préservant ou développant l’emploi. Ce sera généralisé à tous les accords, à l’exception des AME, au plus tard au 1er septembre 2019. De plus, ce nouveau texte transmis au Conseil d’État mardi 15 mars 2016, généralise le mandatement à l’ensemble des champs négociables.

Lire la suiteLire la suite
Projet de loi El Khomri : le détail des dispositions afférentes aux accords et à la négociation collective

L’avant-projet de loi "visant à instituer de nouvelles libertés et de nouvelles protections pour les entreprises et les actifs" contient de multiples dispositions sur la négociation collective et les accords. Refonte des modalités de validation des accords avec une majorité d’engagement ou un recours au référendum, nouveaux accords sur la préservation et le développement de l’emploi primant sur les contrats de travail ou encore réforme de la révision, de la dénonciation et de la mise en cause des accords sont au nombre des points figurant dans ce texte actuellement au Conseil d’État. Il est censé être adopté en Conseil des ministres le 9 mars 2016.

Lire la suiteLire la suite
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Jérôme Lepeytre, journaliste