Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

Agression de Viry-Châtillon : Manuel Valls et les syndicats de police s’opposent sur l’existence de "zones de non droit"

"Il n’y a pas de zones de non droit, il y a des territoires particulièrement difficiles", affirme Manuel Valls lors d’une visite dans plusieurs commissariats de l’Essonne, lundi 10 octobre 2016. "Il faut soutenir les policiers, leur donner les moyens matériels et humains pour poursuivre leurs missions, c’est ce que nous faisons. Et il faut - et je n’en doute pas un seul instant - que la justice puisse, grâce au travail d’enquête, juger et condamner très sévèrement" les auteurs de l’agression de quatre policiers, dont deux ont été gravement brûlés par des cocktails Molotov, à Viry-Châtillon, samedi 8 octobre 2016, poursuit le Premier ministre. Les syndicats de police dénoncent pour leur part l’existence de ces "zones de non droit" et appellent, pour certains, à des "rassemblements silencieux" mardi 11 octobre ou à l’application d’un "service minimum".

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 89 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Sécurité globale
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi

Sécurité publique

Aperçu de la dépêche Aperçu
Bernard Cazeneuve : "la communication d’une fiche 'S' est impossible pour des raisons réglementaires"
Lire la suite

Sécurité publique

Aperçu de la dépêche Aperçu
Les agressions physiques contre les gendarmes ont augmenté de 27 % entre 2014 et 2015
Lire la suite
Plusieurs syndicats de police dénoncent la "mise en liberté" de trois suspects après les débordements du 18 mai 2016

Une mesure "incompréhensible et consternante" : c’est en ces termes qu’Alliance police nationale dénonce, mercredi 25 mai 2016, la "remise en liberté" de trois personnes interpellées à la suite d’une manifestation interdite, mercredi 18 mai 2016 à Paris, au cours de laquelle une voiture de police a été incendiée. Quatre individus ont été mis en examen après ces débordements dans le cadre d’une information judiciaire ouverte par le parquet de Paris, notamment pour "tentative d’homicide volontaire sur personne dépositaire de l’autorité publique". Alliance police nationale "prend acte de la décision du parquet de faire appel" de la libération de trois d’entre eux, placés sous contrôle judiciaire dans l’attente de leur procès.

Lire la suiteLire la suite
Voiture de police incendiée : l’Unsa police demande la dissolution de deux collectifs

L’Unsa police demande à Bernard Cazeneuve, lundi 23 mai 2016, de "dissoudre sans délai" les collectifs Urgence notre police assassine et Action antifasciste Paris banlieue. Des membres de ces deux collectifs sont soupçonnés d’avoir pris part aux violences commises contre des policiers, mercredi 18 mai 2016 à Paris, et d’avoir incendié un véhicule de police (lire sur AEF). Quatre hommes ont été mis en examen dans cette affaire au cours du week-end, ont rapporté plusieurs médias, notamment pour "tentative d’homicide volontaire sur personne dépositaire de l’autorité publique" et "destruction de bien d’autrui en bande organisée". "La dangerosité de ces groupes est un fait", écrit Philippe Capon, secrétaire général de l’Unsa police, dans son courrier à Bernard Cazeneuve.

Lire la suiteLire la suite

Sécurité publique

Aperçu de la dépêche Aperçu
Plusieurs centaines de policiers manifestent à Paris pour dénoncer les violences commises contre les forces de l'ordre
Lire la suite
Manifestations contre la "haine anti-flic" : Unité SGP police-FO absent du rassemblement parisien

Unité SGP police-FO annonce que ses adhérents ne se rassembleront pas à Paris, mercredi 18 mai 2016, pour dénoncer la "haine anti-flic". Le syndicat avait souhaité organiser, sur la place de la République, une manifestation distincte de celle organisée conjointement par les syndicats rattachés à la CFE-CGC, à l’Unsa et à la CFDT. Le préfet de police, Michel Cadot, a donné une suite défavorable la déclaration de manifestation d’Unité SGP police-FO, invoquant, dans un courrier rendu public par le syndicat, "l’impossibilité de trouver un accord avec les autres organisations syndicales déclarantes sur l’occupation partagée de l’espace public". Unité SGP police-FO, qui a refusé d’organiser son rassemblement parisien sur un autre site, dénonce une "décision partisane et honteuse" du préfet de police.

Lire la suiteLire la suite
à découvrir

Energies et Environnement

Aperçu de la dépêche Aperçu
Ukraine : "Pas de menace immédiate pour la sécurité de la centrale" de Zaporijjia, mais "l’heure est grave" selon l’AIEA
Lire la suite

Ville intelligente

Aperçu de la dépêche Aperçu
AEF info publie le projet de loi d’accélération des énergies renouvelables et son étude d’impact
Lire la suite
L’écart continue de se creuser entre le rythme de l’inflation et celui de l’évolution des salaires de base (Dares)

Selon des données publiées par la Dares le 12 août 2022, l’indice du salaire mensuel de base (SMB) de l’ensemble des salariés progresse de 1,0 % et l’indice du salaire horaire de base des ouvriers et des employés (SHBOE) de 1,3 % au cours du deuxième trimestre 2022. Sur un an, le SMB augmente de 3 % et le SHBOE de 3,5 %. Ces évolutions sont à mettre en regard de l’inflation, qui atteint 6 % pour les prix à la consommation hors tabac entre fin juin 2021 et fin juin 2022. Ainsi, sur un an et en euros constants, le SMB diminue de 3 % et le SHBOE de 2,5 %.

Par catégorie professionnelle, sur un an, le salaire mensuel de base en euros constants baisse de :

  • 2,3 % pour les employés ;
  • 2,7 % pour les ouvriers ;
  • 3,6 % pour les professions intermédiaires ;
  • 3,7 % pour les cadres.

Lire la suiteLire la suite