Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Home| Social / RH| Ressources humaines| Dépêche n°547313

La poursuite du travail après le terme du CDD ne vaut pas accord du salarié de renouveler le contrat initial

Un salarié en contrat à durée déterminée ne peut être considéré comme ayant donné son accord, avant le terme du contrat, à un avenant de renouvellement, du seul fait qu’il a travaillé après le terme du CDD. C’est ce que précise la Cour de cassation dans un arrêt publié du 5 octobre 2016.

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 92 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Ne pas renouveler le CDD du frère d’un opposant politique peut être une discrimination liée à la situation de famille

Le refus de renouveler le contrat à durée déterminée d’un salarié constitue une discrimination dès lors qu’est avérée la prise en considération, par l’auteur du refus, de l’engagement politique d’un membre de la famille du salarié concerné. C’est ce que retient le 21 juin 2016 la chambre criminelle de la Cour de cassation pour confirmer la condamnation pour discrimination en raison de la situation de famille du président d’une communauté de communes qui avait refusé de renouveler le contrat emploi consolidé du frère d’un de ses opposants politiques.

Lire la suiteLire la suite
Titre emploi service entreprise : la transmission tardive au salarié entraîne la requalification du CDD en CDI

Le fait, pour l’employeur qui utilise le titre emploi service entreprise pour accomplir les formalités sociales relatives à un CDD, de transmettre tardivement au salarié la copie du volet d’identification qui lui est destinée entraîne la requalification de la relation de travail en CDI. En effet, cette transmission doit se faire "sans délai" et équivaut, si elle est tardive, à une absence d’écrit. C’est ce que retient la Cour de cassation dans un arrêt publié du 3 mai 2016.

Lire la suiteLire la suite
Le licenciement d’un salarié en représailles à une action en requalification du CDD en CDI est nul

La Cour de cassation rappelle le 16 mars 2016 qu’est "nul comme portant atteinte à une liberté fondamentale le licenciement intervenu en raison d’une action en justice introduite par le salarié". En l’espèce, le licenciement d’un salarié avait été prononcé après qu’il eut engagé une action en référé devant le conseil de prud’hommes pour obtenir la requalification de son CDD en CDI, et alors que le juge des référés avait ordonné à l’employeur le maintien du contrat dans l’attente de la décision au fond. Dans cette hypothèse, une cour d’appel ne peut refuser de reconnaître la nullité du licenciement du salarié sans rechercher si l’employeur a utilisé son pouvoir de licencier en rétorsion à l’action en justice du salarié.

Lire la suiteLire la suite
CDD requalifiés en CDI à temps plein : les allocations chômage n’ont pas à être déduites des rappels de salaire

La Cour de cassation précise dans un arrêt du 16 mars 2016 que le calcul des rappels de salaire consécutifs à la requalification de contrats à durée déterminée successifs en contrat à durée indéterminée, n’est pas affecté par les sommes qui ont pu être versées au salarié au titre de l’assurance chômage. Ce calcul s’effectue en effet selon les conditions contractuelles fixant les obligations de l’employeur telles qu’elles résultent de la requalification. Cette affaire concernait un chef opérateur qui, employé dans le cadre de 769 CDD successifs par la société France Télévisions, avait obtenu en justice la requalification de ces contrats en CDI. La Cour de cassation rejette le pourvoi de l’employeur qui soutenait que le montant des rappels de salaire dus au salarié devait être réduit des sommes perçues au titre de l’assurance chômage des intermittents.

Lire la suiteLire la suite
CDD non renouvelés et requalification : le juge doit vérifier les motifs énoncés dans la lettre de non-renouvellement

Un employeur qui met un terme à une succession de CDD peut vouloir se prémunir contre les risques liés à la requalification en énonçant dans un écrit les motifs de ce non-renouvellement. Si un juge requalifie en CDI cette succession de CDD, il ne peut analyser la rupture des relations contractuelles en CDD en un licenciement sans cause réelle et sérieuse s’il n’a pas examiné les motifs avancés par l’employeur dans cette lettre de non-renouvellement. Il doit rechercher si cette lettre vaut lettre de licenciement et si les motifs de rupture énoncés constituent des griefs matériellement vérifiables permettant de décider si le licenciement a une cause réelle et sérieuse. C’est ce que rappelle la Cour de cassation dans un arrêt du 20 octobre 2015 concernant un ancien imitateur des Guignols de l’Info en litige avec la société produisant cette émission.

Lire la suiteLire la suite