Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Saul Perlmutter n'aurait "pas pu mener à bien la découverte" qui lui a valu le Nobel en 2011, "dans le contexte actuel"

Le prix Nobel de physique 2011 Saul Perlmutter (lire sur AEF), professeur à l’université de Californie à Berkeley (États-Unis), estime qu’il "n’aurait pas pu mener à bien la découverte" qui lui a valu le prix Nobel "dans les conditions de financement actuelles" à l’occasion du sommet académique mondial du magazine THE (Times Higher Education) à Berkeley, le 28 septembre 2016. Ses propos sont rapportés par le site du magazine. Cette découverte lui a pris 10 ans d'un travail mené au Laboratoire national Lawrence Berkeley, financé par le département de l’Énergie des États-Unis. "Cela aurait été très difficile dans un monde où le moindre centime est géré pour s’assurer que l’argent n’est pas gaspillé", dit-il. "Dans le contexte actuel, on a tendance à demander : 'Quelle recherche prévoyez-vous de mener ? Quand finirez-vous ? À quelle date la découverte sera-t-elle faite ?'", déplore-t-il.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Pour 7 Nobel français, les annulations de crédits envisagées sont "un suicide scientifique et industriel" (Le Monde)

"Nous avons appris le même jour que les dépenses de R&D de l’État fédéral allemand ont augmenté de 75 % en dix ans (lire sur AEF), et que le gouvernement français annulait 256 M€ des crédits 2016 de la Mires (lire sur AEF), représentant un quart des économies nécessaires pour financer les dépenses nouvelles annoncées depuis le mois de janvier", écrivent huit chercheurs français dont sept Prix Nobel dans une tribune parue dans Le Monde daté du 24 mai 2016 pour lancer "un appel" au gouvernement. "Au sein de ces mesures, on note que les principaux organismes de recherche sont particulièrement touchés, le CEA, le CNRS, l’Inra et l’Inria, pour une annulation globale de 134 M€", précisent-ils. Pour eux, ces mesures "s’apparentent à un suicide scientifique et industriel".

Lire la suiteLire la suite