Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Au cours de leur premier débat, les candidats à la primaire écologiste détaillent leurs positions en matière de sécurité

Légaliser la consommation de cannabis, réformer les services de renseignement, mieux impliquer les citoyens dans leur sécurité et dans la lutte contre les discriminations. Telles sont les principales propositions développées par les quatre candidats à la primaire écologiste – Cécile Duflot, Karima Delli, Yannick Jadot et Michèle Rivasi — lors de leur premier débat télévisé, mardi 27 septembre 2016. L’ancienne ministre et les trois députés européens présentent plusieurs préconisations similaires en matière de sécurité. La primaire d’EELV, qui doit désigner un candidat à la présidentielle de 2017, se tiendra en deux tours par voie postale et les résultats seront connus le 19 octobre, puis le 7 novembre 2016.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Ce que prévoit l'accord PS-EELV en matière de sécurité et de justice

Afin de « garantir le droit à la sécurité et à la justice et lutter contre les discriminations, nous proposons une politique républicaine globale de tranquillité publique ». Telle est l'une des dispositions de l'accord PS-EELV passé la semaine dernière et approuvé par le conseil fédéral d'Europe-Écologie-Les-Verts, par 96 voix pour, 31 contre et 3 blancs soit 73,8 % des suffrages, samedi 19 novembre 2011. « Le sarkozysme est en échec. La multiplication des textes législatifs, la stigmatisation de certaines catégories de la population, les promesses non tenues n'ont pas seulement accru l'insécurité qui touche nos concitoyens, elles ont affaibli notre pacte social et divisé les Français. Parce qu'elle génère du désordre, la politique UMP doit être stoppée », dénonce l'accord.

Lire la suiteLire la suite