Service abonnements 01 83 97 46 50

Revenir en haut de la page

Bernard Cazeneuve annonce le lancement d’un nouveau plan de modernisation des forces de sécurité

La délégation ministérielle aux industries de sécurité, dirigée par Thierry Delville, est chargée de réaliser un nouveau "plan de modernisation de la sécurité intérieure", annonce Bernard Cazeneuve, mardi 20 septembre 2016. "Le premier plan avait permis d’allouer [aux forces de sécurité] 108 millions d’euros, le second proposera une cartographie des besoins des services jusqu’en 2021, ce qui permettra aux entreprises de mieux orienter leur activité", annonce le ministre de l’Intérieur lors des assises de la filière des industries de sécurité, organisées par le Cofis.

"Le ministère de l’Intérieur n’est pas seulement le ministère de l’urgence, il doit être aussi celui de l’anticipation et par conséquent de la prévention", déclare Bernard Cazeneuve, mardi 20 septembre 2016. Et le ministre de l’Intérieur d’insister : "Il nous faut anticiper sur les besoins réels des forces de sécurité, mais aussi des grands opérateurs d’infrastructures, des sociétés de sécurité privée et des collectivités locales."

Le premier plan ministériel de modernisation technologique de la police, de la gendarmerie et de la sécurité civile, doté de 108 millions d’euros sur trois ans et destiné à moderniser les systèmes d’information et de communication des forces de sécurité, avait été lancé en 2015 (lire sur AEF). Il avait notamment permis de moderniser les réseaux de communication des forces de l’ordre (lire sur AEF). Avec le plan antiterroriste de janvier 2015 et le pacte de sécurité de novembre 2015, ce sont, au total, près de 700 millions d’euros qui ont été consacrés à la modernisation des forces de sécurité aux cours des dernières années, indique le ministre de l’Intérieur.

ENJEU DE SOUVERAINETÉ

Et Bernard Cazeneuve d’annoncer, alors la vente des activités "sécurité" de Safran est en cours et attire, selon la presse, des investisseurs étrangers, qu’il se bat pour que les leaders français "restent sur notre territoire, en dépit des changements d’actionnaires. C’est là un enjeu fondamental de souveraineté, mais aussi de défense et de promotion de l’emploi qualifié en France".

De même, le ministre de l’Intérieur souligne l’existence de deux urgences pour la filière des industries de sécurité : le développement des PME et les marchés étrangers. La place Beauvau, indique-t-il, "va soutenir les démarches visant à exporter notre production, notamment avec l’appui des attachés de sécurité intérieure".

"Notre ambition consiste à faire de l’industrie française de sécurité un poids lourd de notre puissance économique", rappelle Bernard Cazeneuve. "C’est ainsi que nous serons en mesure de calibrer efficacement nos futurs investissements pour être les premiers à proposer sur le marché des produits et des services compétitifs et pleinement adaptés à la demande des professionnels", ajoute-t-il.

La filière industrielle de sécurité, désormais rassemblée autour des pouvoirs publics et des acteurs privés au sein du Cofis, créé en 2013, "bien que forte et innovante, reste encore trop atomisée", regrette enfin Bernard Cazeneuve. "Cet éclatement n’a pas permis à la filière d’imposer une image commune, de développer son rayonnement."

Fermer

Bonjour

Vous souhaitez contacter

Gabriel Thierry, journaliste