Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Home| Social / RH| Ressources humaines| Dépêche n°545721

Une permanence dans un pied-à-terre près du lieu de travail afin d’intervenir en cas d’urgence est une astreinte

Constitue une astreinte une période pendant laquelle il est imposé à un médecin de se tenir, durant des permanences, dans pied-à-terre mis à disposition par l’employeur, afin d’être en mesure d’intervenir en cas d’urgence, cette sujétion ne l’empêchant pas de vaquer à des occupations personnelles. C’est ce que retient la Cour de cassation dans un arrêt du 8 septembre 2016. Les hauts magistrats écartent la demande de rappels de salaires formée par un médecin qui soutenait au contraire que ces périodes constituaient des gardes et par conséquent un temps de travail effectif.

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 87 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Une permanence téléphonique organisée à l’initiative de salariés et connue de l’employeur n’est pas une astreinte

Le fait que l’employeur soit informé de l’initiative de salariés de mettre en place un service de permanence téléphonique en dehors de leurs heures de travail ne saurait transformer cette situation en astreinte. C’est ce que retient la Cour de cassation dans un arrêt du 8 septembre 2016. Les hauts magistrats rejettent le pourvoi d’une infirmière coordonnatrice d’un service de soins infirmiers qui demandait le paiement d’astreintes pour des périodes, instaurées à son initiative et à celle d’une collègue, pendant lesquelles les aides-soignantes du service pouvaient les joindre en cas de besoin lors de leurs interventions à domicile.

Lire la suiteLire la suite
Les heures passées chez lui par un salarié entre deux missions ne sont pas nécessairement du temps de travail effectif

La Cour de cassation refuse, dans un arrêt du 2 juillet 2014, de qualifier de temps de travail effectif certaines heures passées à son domicile par un salarié chargé d’effectuer des interventions chez les clients sur appel de son employeur. Pour les hauts magistrats, le seul fait que ce salarié est remboursé de son abonnement internet, doit s’informer sur les notes de service se rapportant au site internet de la société et ne dispose d’aucun bureau dans les locaux de l’entreprise, ne suffit pas à caractériser un temps de travail effectif. La haute juridiction précise qu'une période d’astreinte à domicile ne peut être requalifiée en temps de travail effectif que si, durant l’intégralité de ce temps, le salarié se tient à la disposition de l’employeur sans pouvoir vaquer librement à des occupations personnelles.

Lire la suiteLire la suite
La cour d'appel de Paris accorde près de 700 000 euros à un informaticien sous astreinte 24 heures / 24 et 6 jours / 7

La Cour de cassation rejette, le 29 janvier 2014, le pourvoi formé par la société Natixis Asset Management contre un arrêt de la cour d'appel de Paris qui l'avait condamnée, le 4 juillet 2012, à indemniser un informaticien pour des heures d'astreinte non rémunérées effectuées, entre 2003 et 2008, les week-ends, en dehors de ses heures de travail et pendant ses congés. Le salarié, chargé du suivi des applications métiers du système d'informations, devait à cette fin « garantir le bon fonctionnement et la continuité du service » 24h/24 et 6j/7. La cour d'appel accorde près de 700 000 euros au salarié, dont 508 000 euros au titre du paiement majoré de 33 % des heures d'astreinte.

Lire la suiteLire la suite