Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Un rapport sénatorial préconise d’encourager les parcours alliant alternance et formation sous statut scolaire

"Développer les parcours mixtes, alliant formation en alternance et sous statut scolaire" permettrait d’améliorer l’attractivité de l’enseignement professionnel et de développer l’apprentissage dans l’Éducation nationale, selon un rapport sénatorial sur l’orientation scolaire dont les conclusions ont été publiées mercredi 29 juin 2016 (1). Cette mesure est aussi un moyen de personnaliser les parcours, d’améliorer l’insertion professionnelle des élèves et de "mieux réguler l’offre de formation". Cela pourrait aussi inciter les entreprises à recruter un apprenti en raison de la durée plus courte du contrat, met en avant Guy-Dominique Kennel (Bas-Rhin, LR), le rapporteur (2).

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Clarifier le périmètre du CEP est nécessaire pour éviter une "cannibalisation" du SPRO (inspections générales)

Les régions devraient pouvoir désigner provisoirement les structures du service public régional de l’orientation habilitées à assurer le premier accueil du CEP (conseil en évolution professionnelle), préconisent plusieurs corps d’inspection générale, dans un rapport sur la mise en place du SPRO. Daté de mai 2015, il a été mis en ligne le 25 septembre 2015. La mission propose aussi d'"élargir au SPRO le périmètre du groupe national d’appui à la mise en place du CEP", afin d’éviter des "contradictions" entre les orientations du premier définies au niveau régional et les priorités assignées au second au niveau national. Dressant un bilan des actions menées dans les huit régions préfiguratrices, les membres de l’Igas, de l’Igen et de l’Igaenr, déplorent aussi la "dispersion des opérateurs" et la "segmentation des publics".

Lire la suiteLire la suite