Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

En France comme en Grande-Bretagne, la présence de syndicats a plutôt favorisé les ajustements à la crise

En France comme en Grande-Bretagne, bien que selon des modalités différentes, "des relations sociales ouvertes accompagneraient les ajustements à la crise plutôt que de leur faire obstacle". C’est l’une des conclusions d’un "document de travail" publié par le CEE (Centre d’études de l’emploi) lundi 27 juin 2016. Les auteurs y mènent une étude comparative du "comportement des établissements britanniques et français en réaction à la crise de 2007-2008, en termes de flexibilité externe (ajustement de l’emploi) et interne (ajustement des salaires)". "Ces résultats vont à l’encontre de l’hypothèse de syndicats constituant des entraves à la flexibilité des salaires ou de l’emploi, et constatent avec la présentation traditionnelle des systèmes de relations industrielles français et britanniques" en mettant en évidence certaines similitudes.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi