Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

La Cour suprême des États-Unis donne raison aux tenants de l’Affirmative action dans l’affaire Abigail Fisher

La Cour Suprême des États-Unis a rendu, jeudi 23 juin 2016, un arrêt favorable aux pratiques de discrimination positive de l'université du Texas, par quatre voix contre trois, dans le conflit qui oppose depuis 2008 l’établissement à la plaignante Abigail Fisher. Cette étudiante, aujourd’hui diplômée de l’université d’État de Louisiane, accusait l’université d’Austin au Texas d’avoir refusé de l’admettre en licence, en 2008, "parce qu’elle était blanche", considérant que le système de la discrimination positive était contraire au principe de l’égalité de traitement garanti par la Constitution américaine (lire sur AEF). L’audition devant la Cour Suprême a eu lieu en décembre dernier, et les juges avaient alors demandé aux deux parties de démontrer que cette politique était nécessaire, ce que l’université du Texas avait déjà fait devant la Cour d’appel.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
États-Unis et discrimination positive : la Cour Suprême renvoie l'affaire de l'université du Texas en cour d'appel

La Cour Suprême des États-Unis refuse de se prononcer sur le cas « Fisher contre l'université du Texas », lundi 24 juin 2013. Elle renvoie l'affaire à la cour d'appel, qui s'est pourtant déjà exprimée sur ce cas en février 2011 mais n'a pas procédé à son « examen approfondi », estime la juridiction suprême. Selon le magazine « Inside Higher Ed », il est probable que la Cour s'empare une deuxième fois du dossier, après son nouvel examen par la cour d'appel.

Lire la suiteLire la suite
États-Unis : la Cour Suprême se saisit du cas d'un État qui interdit à ses universités de recourir à la discrimination positive

La Cour Suprême des États-Unis a décidé de se saisir, lundi 25 mars 2013, d'un nouveau cas de discrimination positive. Elle a choisi d'examiner la validité d'un amendement constitutionnel adopté en 2006 par 58 % des électeurs dans le cadre d'un référendum organisé dans l'État du Michigan (AEF n°390344). Celui-ci interdit le recours à toute discrimination positive dans les universités publiques et les organismes publics de cet État, mais il a été rejeté en novembre 2012 par la Cour d'appel du Michigan par 8 voix contre 7. C'est désormais à la plus haute juridiction du pays de se prononcer sur la validité de cette interdiction. Cela fait suite à sa décision, en octobre dernier, de se pencher sur le cas d'une étudiante, Abigail Fisher, qui accuse l'université d'Austin au Texas « d'avoir refusé de l'admettre en licence en 2008 parce qu'elle est blanche » (AEF n°204600).

Lire la suiteLire la suite
États-Unis : la Cour Suprême appelée à se prononcer sur la question de l' « affirmative action » dans l'accès à l'enseignement supérieur

« L'université du Texas de la ville d'Austin a fait valoir aujourd'hui devant la Cour Suprême des États-Unis que son recours à l'origine ethnique dans le processus d'admission des étudiants est étroitement défini, constitutionnel et nécessaire pour assurer la diversité du corps étudiant qui est vitale à l'enseignement supérieur. » C'est ce qu'indique l'université du Texas d'Austin sur son site internet, jeudi 11 octobre 2012, après avoir été auditionnée par les juges de la Cour Suprême. Ces derniers ont accepté de se pencher sur le cas d'une étudiante, Abigail Fisher, qui accuse l'université « d'avoir refusé de l'admettre en licence [undergraduate] en 2008 parce qu'elle est blanche », indique l'établissement. Pourtant celui-ci assure que son système d'admission, « qui prend en compte l'origine ethnique d'un candidat de même qu'une série d'autres facteurs », est « une pratique constitutionnelle ». De son côté, l'avocat d'Abigail Fisher a estimé, devant les juges, que ce système « est contraire au principe de l'égalité de traitement », garanti par la Constitution américaine.

Lire la suiteLire la suite