Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

La Fabrique écologique mise sur le vélo et l’auto partagée pour rendre plus durable la mobilité rurale et périurbaine

La Fabrique écologique va présenter mardi 28 juin 2016 lors d’un atelier coécologique sa nouvelle note intitulée : "Les territoires ruraux et périurbains, terres d’innovation pour la mobilité durable". Le think tank appelle à des "initiatives indispensables" pour répondre à un enjeu "non seulement écologique", puisque le diesel est prédominant sur ces territoires représentant "22 millions de personnes au bas mot", mais aussi "social et sociétal" du fait de l’isolement ressenti par les populations, explique son président Géraud Guibert.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Greenwashing : La Fabrique écologique plaide pour que des "tiers de confiance" vérifient les arguments des entreprises

Comment dépasser le greenwashing ? En faisant valider par un "tiers de confiance", qu’il s’agisse d’un label officiel ou d’associations indépendantes, les arguments écologiques avancés par les entreprises. C’est la mesure phare préconisée dans une note publiée mardi 10 mai 2016 par La Fabrique écologique, le think tank présidé par Géraud Guibert. Une initiative que les entreprises devraient adopter, alors que "la RSE est un pilier de plus en plus important de leur stratégie", souligne-t-il. "Avec les réseaux sociaux, les phénomènes de réputation vont beaucoup plus vite et plus loin qu’avant." Le think tank préconise également l’entrée de la société civile au conseil d’administration de l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité, aujourd’hui uniquement constitué des représentants des professionnels de la communication qui la financent.

Lire la suiteLire la suite