Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Un rapport de l'Anses confirme les risques du travail de nuit pour la santé, et préconise d'en évaluer les coûts sociaux

Saisie par la CFTC en mars 2011, l’Anses rend public, mercredi 22 juin 2016, un rapport sur l’évaluation des risques sanitaires pour les professionnels exposés à des horaires de travail atypiques, notamment de nuit. L’Agence met en évidence "des risques avérés de troubles du sommeil, de troubles métaboliques, et des risques probables cancérogènes, de troubles cardiovasculaires et de troubles psychiques chez les travailleurs concernés". Si le recours au travail de nuit peut se justifier pour des situations nécessitant d’assurer les services d’utilité sociale ou la continuité de l’activité économique, l’Anses préconise l’optimisation des modes d’organisation du travail de nuit, et souligne que tout ce qui réduit la désynchronisation des rythmes biologiques et la dette de sommeil est a priori favorable. Il convient également d’évaluer les coûts sociaux du travail de nuit, selon elle.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Le travail de nuit habituel a plus que doublé en 20 ans (Dares)

"En 2012, 15,4 % des salariés travaillent de nuit, habituellement ou occasionnellement, soit environ 3,5 millions de personnes", indique la Dares dans une étude publiée le 21 août (1). Parmi elles, un peu moins de la moitié déclarent travailler habituellement de nuit, soit 7,4 % de l’ensemble des salariés. Une proportion qui a plus que doublé en 20 ans. Dans le même temps, la part totale de salariés travaillant la nuit, que ce soit de manière habituelle ou occasionnelle, a progressé "de façon modérée mais continue", passant de 13 % en 1991 à 15,4 % en 2012. L’étude montre en outre que les salariés qui travaillent la nuit ont une rémunération plus élevée mais des conditions de travail nettement plus difficiles que les autres salariés.

Lire la suiteLire la suite
Travail de nuit : le code du travail conforme à la Constitution (QPC Sephora)

Les dispositions du code du travail sur les conditions de recours au travail de nuit sont conformes à la Constitution : ainsi en décide le Conseil constitutionnel dans une décision n° 2014-373 QPC du 4 avril 2014. Le Conseil, saisi par la Cour de cassation d’une question prioritaire de constitutionnalité posée par la société Sephora, relève notamment qu’en prévoyant que le recours au travail de nuit est exceptionnel et doit être justifié par la nécessité d’assurer la continuité de l’activité économique ou des services d’utilité sociale, le législateur a opéré une conciliation, qui n’est pas manifestement déséquilibrée, entre la liberté d’entreprendre, qui découle de l’article 4 de la Déclaration de 1789, et les exigences du Préambule de 1946, notamment sur la protection de la santé et le repos.

Lire la suiteLire la suite