Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Le contrôle systématique des citoyens européens aux frontières de l'UE franchit un premier cap au Parlement européen

Les eurodéputés de la commission des Libertés civiles approuvent, mardi 21 juin 2016, un proposition de règlement de la Commission européenne instaurant un contrôle systématique de tous les citoyens européens entrant ou sortant de l’Union. "La proposition, qui modifie l’actuel code frontières Schengen, introduirait des contrôles plus approfondis que ceux en place actuellement à toutes les frontières extérieures aériennes, maritimes et terrestres de l’Union européenne", indique le Parlement européen dans un communiqué. Les eurodéputés précisent néanmoins la possibilité pour les États membres de procéder à un ciblage, dans le cas où des contrôles systématiques ralentiraient trop les flux de passagers.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Les services de renseignement européens doivent "utiliser les plateformes comme Europol et le SIS" (Gilles de Kerchove)

Le "grand défi" de la lutte antiterroriste est "de convaincre les services de renseignement d’utiliser les plateformes européennes comme Europol et le SIS", affirme Gilles de Kerchove, mardi 5 avril 2016. Interrogé sur France inter deux semaines après les attentats de Bruxelles, le coordinateur de l’UE pour la lutte contre le terrorisme estime qu’il est faux de penser "que les services de renseignement n’échangent pas entre eux". Il juge néanmoins que ceux-ci doivent "alimenter" davantage les "structures européennes en renseignement". Gilles de Kerchove remarque que les signalements dans le SIS "aux fins d’observations discrètes" ont augmenté "en quelques mois", ce qui constitue une "progrès considérable". Concernant Europol, le coordinateur explique que "c’est plus compliqué, car c’est une agence de coopération policière et les services de renseignement préfèrent travailler entre eux".

Lire la suiteLire la suite
Les ministres européens de la Justice et de l'Intérieur appellent à l'adoption de la directive PNR dès le mois prochain

"Il faut adopter la directive PNR en avril 2016, la mettre en œuvre d’urgence", souligne les ministres européens de la Justice et de l’Intérieur, réunis à Bruxelles, jeudi 24 mars 216, dans une déclaration. Cette mesure permettra de "s’assurer ainsi que les unités de renseignements passagers seront en mesure, le plus vite possible, de s’échanger des données", estiment-ils, dans un communiqué. Depuis les attentats de Paris, la France a renouvelé à plusieurs reprises son souhait d’une adoption "rapide" de la directive PNR, un souhait réitéré après les attentats de Bruxelles (lire sur AEF). Les ministres européens de l’Intérieur et de la Justice se sont réunis après les attentats qui ont frappé Bruxelles, mardi 22 mars 2016.

Lire la suiteLire la suite
Les ministres européens de l’Intérieur valident le renforcement des contrôles aux frontières de l’espace Schengen

Les ministres de l’Intérieur de l’Union européenne valident, jeudi 25 février 2016 à Bruxelles, le renforcement des contrôles aux frontières extérieures de l’espace Schengen. La proposition de règlement, présentée par la Commission européenne fin 2015 (lire sur AEF), oblige les États membres à "procéder à des vérifications systématiques" de l’ensemble des personnes qui entrent dans l’espace Schengen, indique le Conseil de l’Union européenne, notamment en consultant des "bases de données pertinentes relatives aux documents de voyage volés et perdus". Dans certains cas, ils seront néanmoins autorisés à procéder à des "consultations de manière ciblée". S’il est adopté, le règlement "permettra de vérifier que ces personnes ne représentent pas un danger à l’ordre public ou à la sécurité intérieure".

Lire la suiteLire la suite