Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Denis Favier promet la simplification du port de l’arme hors service et des "mesures de protection" pour les gendarmes

Le directeur général de la gendarmerie annonce des "mesures de protection des personnels et des familles", dans une note publiée sur l’intranet de la gendarmerie, mercredi 15 juin 2016. À la suite de "l’attaque terroriste de Magnanville qui vient de frapper la police nationale", le général Denis Favier souhaite "simplifier et accélérer la procédure d’emport de l’arme hors service en actant le principe d’acceptation implicite de la demande après l’expiration d’un délai de 96 heures dès lors que l’ensemble des conditions sont remplies". Des "travaux urgents" seront également réalisés sur "certaines de nos infrastructures qui peuvent être déficientes" et un "guide de 'vigilance famille'" sera élaboré, précise le DGGN.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
François Molins détaille les premiers éléments de l'enquête liée à l'assassinat de deux fonctionnaires de police

L’homme qui a tué deux fonctionnaires de police, lundi 13 juin 2016, dans les Yvelines, était "visé par des investigations actuellement conduites sur commission rogatoire par un magistrat instructeur antiterroriste", indique le procureur de la République de Paris lors d’une conférence de presse, mardi 14 juin 2016 (lire sur AEF). La justice soupçonnait Larossi Abballa, 25 ans, d’être impliqué dans "une filière de départ vers la zone syrienne", signale François Molins. Les interceptions téléphoniques dont il faisait l’objet "n’avaient pas, à ce jour, mis en évidence le moindre élément permettant de déceler la préparation d’un passage à l’acte violent", fait savoir le magistrat. Le procureur de la République détaille par ailleurs le déroulement de l'assassinat des deux fonctionnaires et le profil de l'agresseur.

Lire la suiteLire la suite