Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Minerais de conflit : un compromis autour d'une réglementation européenne a été trouvé en trilogue

Les dernières négociations en trilogue, entre la Commission, le Conseil et le Parlement, ont permis d’atteindre un compromis sur un cadre de réglementation pour un approvisionnement en minerais plus responsable, annonce la Commission européenne, jeudi 16 juin 2016. Ce cadre va comporter des "obligations claires pour les acteurs se situant en amont de la chaîne d’approvisionnement en minerais de conflit, incluant les fonderies et les raffineries". "La vaste majorité des métaux et minerais (3TG : l’étain, le tantale, le tungstène et l’or) importés en UE seront concernés, mais un petit nombre d’importateurs sera exempté". Pour Amnesty International, le texte épargnerait "la vaste majorité des entreprises européennes commercialisant les minerais, notamment celles qui importent des minerais dans leurs produits". L’adoption de la réglementation devrait aboutir dans quelques mois.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
La Commission européenne propose un règlement sur le commerce responsable des « minerais du conflit »

La Commission européenne propose un dispositif réglementaire pour le commerce responsable des minerais originaires de zones de conflit, mercredi 5 mars 2014. Sur un modèle « différent, mais ciblé et complémentaire » au dispositif américain de la loi Dodd-Frank, elle présente un règlement instaurant d'une part un mécanisme volontaire d'autocertification des importateurs d'étain, de tantale, de tungstène et d'or, et d'autre part la publication d'une liste de « fonderies et affineries responsables » d'Europe ou d'ailleurs. Ce projet de règlement est assorti d'une communication qui présente la stratégie globale et complète de politique étrangère mise au point. L'initiative comprend en outre des « mesures d'incitation » à l'appui du règlement. Pour plusieurs ONG néanmoins, elle « n'est pas suffisamment stricte pour garantir » ses objectifs. Le Conseil et le Parlement de l'UE doivent désormais se saisir du dossier.

Lire la suiteLire la suite