Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Fessenheim : EDF conditionne le début du processus de démantèlement à un accord sur l’indemnisation de fermeture

Disposer d’un accord sur l’indemnisation avant toute décision sur la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim est "indispensable", indique à AEF le groupe EDF, mercredi 15 juin 2016, alors que le quotidien Le Monde publie un article intitulé "Fessenheim refuse de lancer la fermeture". Lors d’un échange de courriers en octobre 2015, Ségolène Royal avait demandé à EDF de déposer sa demande de fermeture avant la fin du mois de juin 2016 en application de la loi de transition énergétique. Lors d’une audition au Parlement en mai, Jean-Bernard Lévy avait quant à lui acté d’un décalage du calendrier, annonçant l’enclenchement du processus fin 2016. Les négociations entre l’État, actionnaire à 85 % de l’énergéticien et EDF ont débuté il y a quelques mois, conduites par le délégué interministériel Jean-Michel Malerba.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Selon "Le Monde", l’État propose moins de 100 millions d'euros d’indemnisation à EDF pour la fermeture de Fessenheim

Selon un article du Monde, daté de vendredi 20 mai 2016, la ministre de l'Environnement et de l’Énergie Ségolène Royal "avance pour la première fois un montant qui pourrait être versé au groupe public" EDF "dans un courrier adressé début mai au PDG d'EDF Jean-Bernard Lévy et resté jusqu'à présent confidentiel", au sujet de l'indemnisation de l'entreprise par l’État pour la fermeture anticipée de la centrale de Fessenheim. "En fonction des scénarios retenus, elle évoque une fourchette comprise entre 80 millions à 100 millions d'euros, indiquent quatre sources au fait du dossier." Une "somme sans commune mesure avec celles évoquées depuis François Hollande a promis, lors de la campagne présidentielle de 2012, d'arrêter Fessenheim".

Lire la suiteLire la suite