Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Climat : François Hollande signe le décret de promulgation de la loi de ratification de l’accord de Paris

"J’appelle à une mobilisation pour que l’Europe puisse être en ordre de marche à la fin de l’année et qu’elle puisse dire qu’elle a ratifié avec tous ses États membres l’accord de Paris", déclare François Hollande, président de la République, après avoir signé le décret de promulgation de la loi de ratification de l’accord de Paris, mercredi 15 juin 2016. La France devient ainsi le "premier pays industrialisé", membre du G7 et du G20, à ratifier l'accord de Paris. Mais elle devra attendre que l'ensemble des 28 États membres de l'UE aient ratifié l'accord afin de pouvoir déposer son instrument de ratification au siège des Nations unies, à New York.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à découvrir
Le Cese veut faire du développement durable un objet de dialogue social

Dans un avis adopté le 27 octobre 2020, le Conseil économique, social et environnemental préconise que le CSE "soit incité à mettre annuellement à son ordre du jour les questions environnementales qui concernent l’entreprise en prenant en compte […] les propositions concrètes portées par les salariés". Il suggère également que "des formations spécifiques aux problématiques du développement durable [soient] mises en place dans le cadre des dispositions communes relatives à la formation des élus et des élues du CSE", de préférence sous forme de formations communes avec l’employeur. Un "comité environnement" pourrait être créé au sein des entreprises, aux travaux duquel "des salariés non élus désignés par le CSE" pourraient participer. Une façon "de démontrer par l’exemple que le développement durable n’est pas que l’affaire des élus".

Lire la suiteLire la suite