Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Le Leem et Médecins du Monde se livrent une guérilla médiatique sur fond de débat sur le prix des médicaments innovants

L’arrivée d’innovations thérapeutiques majeures dans le secteur des maladies infectieuses ou en oncologie est "avant tout une bonne nouvelle pour les patients". Ces innovations qui ouvrent des perspectives de guérison ou d’allongement de l’espérance de vie, "vont également constituer un défi majeur pour l’organisation de notre système de soins", estime le Leem qui invite ce lundi 13 juin 2016 l’association Médecins du Monde à revoir de fond en comble sa campagne lancée ce même jour sur le thème des prix des médicaments. Déclinée en 12 visuels anglés sur la rentabilité des maladies ("Une leucémie c’est en moyenne 20 000 % de marge brute", "Bien placé, un cancer peut rapporter jusqu’à 120 000 euros", "Le mélanome c’est quoi exactement ? C’est 4 Md€ de chiffre d’affaires"), elle incite le public à signer sur www.leprixdelavie.com une pétition pour faire baisser le prix des médicaments.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Loi de santé: le Ciss réclame une concertation nationale pour fixer les conditions d'une "autre politique du médicament"

La présidente du Ciss réclame dans une lettre ouverte qu’elle adresse à Marisol Touraine le 22 octobre 2014 une plus grande transparence dans le domaine de la fixation du prix des médicaments. "Il n’est plus acceptable que ce qui concerne le médicament et le dispositif médical continue à être traité dans l’opacité", écrit Danièle Desclerc-Dulac. La présidente du Collectif interassociatif sur la santé ajoute ne pas comprendre que le projet de loi de santé, examiné le 15 octobre en Conseil des ministres, "écarte résolument la désignation de représentants des usagers dans les instances ayant à traiter de ces sujets alors qu’il la consacre dans tous les autres sujets". C’est pourquoi elle réclame à la ministre de la Santé l’ouverture d’une "concertation nationale afin de programmer les évolutions normatives nécessaires, dès votre prochaine loi de santé".

Lire la suiteLire la suite