Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Réformer ou aménager le bac ? Les propositions du Cnesco et de Terra Nova

À l’occasion du 1er jour des épreuves du baccalauréat, le 15 juin 2016, le Cnesco et le think tank Terra Nova présentent des propositions pour modifier cet examen. Le Cnesco plaide pour des "aménagements" du bac et dénonce "une course artificielle aux mentions". Il faudrait selon lui revoir "le cloisonnement en trois voies distinctes" et "réellement démocratiser le bac général". Terra Nova plaide pour une réforme plus profonde : limiter le bac à 2 jours, les autres disciplines étant évaluées en cours de scolarité par contrôle continu. Ce sont les élèves qui choisiraient les disciplines qu’ils voudront valider et seraient accompagnés par "un enseignant référent pour construire un parcours d’orientation". La ministre de l’Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem indique "ne pas avoir d’opposition de principe à continuer à adapter le bac" mais refuse toute "révolution copernicienne".

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Coût du baccalauréat : « Ce n'est pas le moment d'ouvrir la discussion », estime le Dgesco

« Ce n'est pas le moment d'ouvrir la discussion [sur le coût du baccalauréat] qui pourrait déclencher une polémique », déclare mercredi 12 juin 2013 Jean-Paul Delahaye, le Dgesco, lors d'une conférence de presse de présentation de la session 2013 du baccalauréat. Invité à réagir à l'estimation du SNPDEN sur le coût de cette épreuve (1,5 milliard d'euros - AEF n°187983), le Dgesco considère que cette étude est « très intéressante » mais que « le sujet du coût du bac n'est pas la question aujourd'hui ». Plusieurs syndicats réagissent mercredi à la suite des propositions du SNPDEN, la plupart y étant opposés. Le Sgen souhaite construire un dispositif donnant de la « cohérence au 'bac -3/bac +3' ». 

Lire la suiteLire la suite
Bac : des « pistes de réflexion » pour réformer « un examen à bout de souffle » selon Luc Chatel

« Le bac est un examen à bout de souffle. Il ne certifie plus un niveau de connaissances », affirme Luc Chatel, ministre de l'Éducation nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative, à l'occasion de la présentation d'un rapport des inspections générales de décembre 2011 intitulé « Propositions pour une évolution du baccalauréat » (1), lundi 12 mars 2012. D'après le ministre, « la question des options et épreuves facultatives est criante, quand 40 % des bacheliers L et 26 % des bacheliers S obtiennent une mention très bien grâce aux options » alors que « dans les disciplines fondamentales, deux tiers des élèves n'ont pas la moyenne dans deux ou trois de ces matières mais obtiennent leur bac grâce aux options ». Luc Chatel précise qu'il ne s'agit pas de « changer le bac dans trois mois », pour la session 2012, « ni même l'an prochain », mais de « réfléchir à l'avenir de cette institution ». À cet égard, le rapport des inspections est « un document de référence » : « Vous présentez de véritables pistes de travail que nous devrons sans doute ouvrir rapidement », indique-t-il aux inspecteurs (AEF n°220267).

Lire la suiteLire la suite