Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Déchéance de nationalité : le Conseil d’État rejette les recours de cinq personnes condamnées pour terrorisme

Le Conseil d’État rejette, mercredi 8 juin 2016, le recours de cinq personnes déchues de leur nationalité française après une condamnation "pour des actes de terrorisme commis entre 1995 et 2004". Pour chacune des affaires, le Conseil d’État "a jugé qu’en raison de la nature et de la gravité des faits de terrorisme commis par l’intéressé, la sanction de déchéance de nationalité n’avait pas revêtu un caractère disproportionné", indique la juridiction administrative dans un communiqué. Il a également estimé que le "comportement" des requérants "ne permettait pas de remettre en cause cette appréciation". Les personnes avaient été déchues de leur nationalité par décrets du Premier ministre du 7 octobre 2015 sur le fondement des articles 25 et 25-1 du code civil. Le juge des référés du Conseil d’État avait rejeté un premier recours en novembre 2015 (lire sur AEF).

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Terrorisme : le Conseil constitutionnel valide les conditions de déchéance de nationalité prévues par le code civil

Le Conseil constitutionnel valide, vendredi 23 janvier 2015, les conditions de déchéance de nationalité prévues par le code civil pour les binationaux condamnés pour des actes de terrorisme. Les membres du conseil étaient appelés à se prononcer en particulier sur la constitutionnalité de la déchéance de nationalité pour une "atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation" ou un acte de terrorisme commis jusqu’à quinze ans avant l’acquisition de la nationalité française. Eu égard à la gravité de ce type de faits, ces dispositions du code civil "instituent une sanction ayant le caractère d’une punition qui n’est pas manifestement hors de proportion avec la gravité de ces actes et qui ne méconnaît pas les exigences de l’article 8 de la Déclaration de 1789", indique le Conseil constitutionnel dans un communiqué de presse.

Lire la suiteLire la suite