Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Entreprise & Société appelle à "sortir du discours systématiquement négatif" sur les avantages acquis

"Il conviendrait de sortir du discours systématiquement négatif envers les avantages acquis", pour en refaire un véritable objet de négociation, plaide Entreprise & Société, le "think lab" d’Entreprise & Personnel, dans une note publiée mardi 7 juin 2016. "Dans leur principe, ils rétribuent une contribution", rappelle E & S. Aussi, "tant que la raison qui est à l’origine de sa création demeure et tant que le contexte le permet, l’avantage peut être maintenu". "Trois critères doivent présider à la négociation d’avantages" : ils doivent être temporaires, justifiables et socialement acceptables, tant par ceux qui en bénéficient que par ceux qui n’en bénéficient pas, mais aussi plus globalement du point de vue de l’éthique.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
La Cour de cassation précise sa jurisprudence sur les avantages individuels acquis et la structure de la rémunération

La Caisse d’épargne donne de nouveau l’occasion à la Cour de cassation d’affiner sa jurisprudence sur les avantages individuels acquis en matière de primes. Dans un premier arrêt concernant cette société (1er juillet 2008, n° 07-40.799), la chambre sociale a énoncé que "la structure de la rémunération résultant d’un accord collectif dénoncé constitue à l’expiration des délais" légaux prévus pour la conclusion d’un accord de substitution "un avantage individuel acquis que l’employeur ne peut modifier sans l’accord de chacun de ces salariés". La Cour de cassation ajoute le 2 mars 2016 à cet attendu de principe, dans une décision publiée sur son site internet, qu’un "engagement unilatéral de l’employeur contraire à ce principe ne peut avoir force obligatoire".

Lire la suiteLire la suite