Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Espé : l’instance de pilotage annoncée par Najat Vallaud-Belkacem doit "impérativement" être créée par décret (R-Espé)

L’instance de pilotage du projet Espé "doit impérativement être créée de manière réglementaire", écrit le Réseau national des Espé dans une contribution à la journée de travail et d’échanges sur les Espé organisée le 24 mai 2016. Najat Vallaud-Belkacem avait alors annoncé qu’elle souhaitait que le budget de projet soit formalisé dans un "document stratégique" dont l’exécution serait suivie par une "instance académique". Pour le R-Espé, ces instances, créées dans de nombreuses académies, "relèvent trop souvent de la bonne volonté des acteurs […] faute d’un texte national complémentaire à la loi (par exemple, un décret d’application de la loi)". Le R-Espé estime en outre qu’en cas de "blocage", un "comité de pilotage national" réunissant Dgesip, Dgesco, DGRH, la CPU et le réseau.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Quelle prime pour un directeur d’Espé par ailleurs inspecteur de l’éducation nationale ?

La LIJ de mars 2016 rapporte le cas d’un inspecteur de l’éducation nationale qui avait été nommé directeur adjoint, puis directeur d’un IUFM (désormais Espé). Le président de l’université dont dépendait l’IUFM avait attribué au directeur, sur le fondement du décret n° 90-50 du 12 janvier 1990 (1), une prime de charges administratives. Mais cette prime était d’un montant inférieur à celle de l’indemnité de charges administratives qu’il percevait jusqu’alors en tant qu’inspecteur de l’éducation nationale, sur le fondement du décret n° 90-427 du 22 mai 1990 (2). Le directeur a alors demandé au tribunal d’annuler la décision du président de l’université.

Lire la suiteLire la suite