Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Manifestations contre la "loi travail" : 48 enquêtes confiées à l’IGPN pour des allégations de violence policière

L’inspection générale de la police nationale a été saisie de 48 enquêtes à la suite de plaintes relatives à des faits de violences policières depuis le début du mouvement contre le projet de "loi travail" en mars 2016, annonce la directrice de ce service, Marie-France Moneger-Guyomarc’h. Elle présentait, lundi 6 juin 2016 à Paris, le bilan d’activité de ce service pour l’année 2015. Les enquêtes judiciaires en cours concernent principalement Paris, Rennes et Nantes, indique Marie-France Moneger-Guyomarc’h. L’IGPN a mené, en 2015, 916 enquêtes judiciaires à l’encontre de policiers, contre 1 035 l’année précédente (-11,5 %).

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
"L'IGPN n'entend pas statistiser à proprement parler les violences policières" (Marie-France Moneger à "Libération")

Le recensement des blessures et décès occasionnés par la police est "une initiative désirée mais balbutiante. Nous n'en sommes qu’à la première réunion de travail", indique Marie-France Moneger-Guyoamrc'h, dans un article publié par Libération, vendredi 8 avril 2016. La directrice de l'IGPN fait référence à la parution, la veille, d'un article du Monde relatant le lancement prochain d'un outil statistique comptabilisant les violences policières. L'inspection générale "n'entend pas statistiser à proprement parler les violences policières", précise Marie-France Moneger-Guyomarc'h, "mais désire se doter d'un outil permettant de comprendre et d'analyser les cas d'usage de la force". La directrice souligne la difficulté de distinguer les violences légitimes d'éventuelles bavures.

Lire la suiteLire la suite
Une ONG constate de "graves défaillances" dans les enquêtes sur les violences policières

"Créer un organe entièrement indépendant chargé d’enquêter sur les faits commis par des agents de police et de gendarmerie" ; "publier chaque année le nombre de personnes blessées ou tuées dans le cadre d’interventions de police ou de gendarmerie" ; "interdire et sanctionner fermement les faits de violences volontaires". Telles sont quelques-unes des recommandations formulées par l’Acat dans un rapport sur "l’usage de la force par les représentants de la loi en France", publié lundi 14 mars 2016. "Des réformes législatives devraient encadrer plus strictement l’usage de certaines armes. D’autres armes ou gestes d’immobilisation, qui ont démontré leur dangerosité, devraient par ailleurs être interdits", estime l’ONG, qui pointe en outre "l’existence de graves défaillances dans les enquêtes administratives et judiciaires effectuées à la suite de plaintes pour violences policières".

Lire la suiteLire la suite