Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

L’État et l’USH lancent le troisième appel à projets "10 000 logements accompagnés"

L’État et l’USH ont lancé en avril 2016 leur troisième appel à projets visant le développement de "10 000 logements HLM accompagnés" sur le territoire. Il doit s’agir de logements accessibles économiquement et bien localisés, en gestion locative adaptée et avec un accompagnement répondant aux besoins des ménages. Public cible : les sans-abri ou hébergés et, plus généralement, les foyers rencontrant des difficultés d’accès et de maintien au logement. L’enveloppe globale de l’appel à projets s’établit à 5 millions d’euros pour financer une trentaine de projets d’un montant maximal de 200 000 euros chacun (à répartir sur une durée d’un à trois ans maximum). Les candidatures doivent être adressées à l’USH et à la Dreal avant le 30 juin pour une sélection en octobre 2016.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
L'USH fait un premier bilan annuel de l’appel à projets "10 000 logements accompagnés"

L’USH fait un premier bilan, dans son magazine Actualité Habitat du 28 février 2015, de l’appel à projets "10 000 logements accompagnés" qu’elle a lancé en mars 2014. 28 projets ont ainsi été sélectionnés depuis un an, pour des montants allant de 4 500 euros à 84 500 euros. Souvent co-construits avec des associations locales, les projets s’avèrent être des "révélateurs des 'manques' au niveau local dans le traitement de situations à la marge" par les dispositifs de droit commun, estime l’USH. Et permettent aux bailleurs, selon le mouvement HLM, de "se professionnaliser dans leurs pratiques et actions vis-à-vis d’un public de plus en plus précaire".

Lire la suiteLire la suite