Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Pour le 1er pays pourvoyeur de doctorants en France, la fuite des cerveaux "n’est pas un problème" (MESR tunisien)

"Créer des Comue est plus facile chez nous" qu’en France "car les écoles sont déjà dans les universités", assure Adel Ben Amor, chef de cabinet du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique tunisien, Chiheb Bouden, dans une interview à AEF, le 2 juin 2016 à Paris (1). La Tunisie est le 4e pays qui envoie le plus d’étudiants en mobilité en France et le 1er pays pourvoyeur de doctorants. L’évaluation du système d’ESR après la Révolution a abouti à une modification de la gouvernance des universités proche de celle de la France. L’effort sur la formation continue devra aussi compenser le désengagement assumé de l’État. Quant à la "fuite des cerveaux", phénomène massif en Tunisie, "ce n’est pas un problème", explique le chef de cabinet. Les équipes de recherche tunisienne s’apprêtent par ailleurs à porter des projets dans le cadre d’Horizon 2020.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi