Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

"Il est réducteur d’imputer aux seuls services français un défaut de vigilance" lors des attentats (Bernard Cazeneuve)

"Il est pour le moins réducteur d’imputer aux services de sécurité intérieure français et à eux seuls un défaut de vigilance ou de clairvoyance, compte tenu de la complexité de ce qui s’est passé", assure le ministre de l’Intérieur, jeudi 2 juin 2016, lors de son audition par la commission d’enquête relative aux moyens mis en œuvre par l’État pour lutter contre le terrorisme de l’Assemblée nationale. Le président de la commission, Georges Fenech (LR, Rhône) pointe dans son propos introductif l'"échec de nos services de renseignement qui n’ont pu empêcher" les attentats survenus en 2015 en France alors qu’ils connaissaient "la quasi-totalité des auteurs". "C’est l’absence d’un système d’alerte européen et d’une coordination efficace des services européens qui a été mise en évidence en novembre dernier et qui appelle des réactions extrêmement fortes", assure pour sa part Bernard Cazeneuve.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Le projet de loi relatif à la lutte contre le terrorisme et à la procédure pénale est définitivement adopté

Les sénateurs adoptent définitivement mercredi 25 mai 2016, les 125 articles du projet de loi "renforçant la lutte contre le crime organisé, le terrorisme et leur financement, et améliorant l’efficacité et les garanties de la procédure pénale". Comme les députés, ils valident les trois amendements de coordination déposés par le gouvernement sur le texte issu de la commission mixte paritaire (lire sur AEF). "Le projet de loi vient consolider le modèle français de lutte antiterroriste, sous le contrôle du juge judiciaire", salue Jean-Jacques Urvoas, garde des Sceaux. Le texte pérennise, pour ses détracteurs, des mesures inspirées de l’état d’urgence. Parmi ses principales mesures, le projet étend les pouvoirs d’investigation des enquêteurs, crée des mesures de police administrative et vise à simplifier les procédures judiciaires dans le domaine pénal.

Lire la suiteLire la suite