Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Jean-Jacques Urvoas publie une circulaire de politique pénale, qui vise à "renforcer la confiance" dans la justice

La politique pénale doit être guidée par "trois principes directeurs : cohérence, lisibilité et individualisation de la réponse judiciaire", indique le garde des Sceaux, Jean-Jacques Urvoas, dans une circulaire de politique pénale publiée jeudi 2 juin 2016. La loi doit ainsi être "la même pour tous sur l’ensemble du territoire national" et "la politique pénale doit pouvoir être comprise par les justiciables, auteurs comme victimes, par les services d’enquête et par les élus locaux". Le ministre de la Justice souligne "tout l’intérêt [qu’il] attache à ce que la nouvelle peine de contrainte pénale soit pleinement utilisée".

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Avec un millier de peines prononcées, le bilan de la contrainte pénale est "nuancé" (Hugues Portelli, sénateur)

"À la date du 1er novembre 2015, seulement 1 067 peines de contrainte pénale avaient été prononcées par les juridictions, soit une moyenne mensuelle de 82 contraintes pénales" depuis l’entrée en vigueur de la mesure en octobre 2014. C’est ce qu’indique le sénateur Les Républicains du Val-d’Oise, Hugues Portelli, dans son avis sur les crédits du programme "administration pénitentiaire" dans le cadre du PLF 2016, publié mercredi 25 novembre 2015. Il tire donc "un bilan nuancé de ce nouvel outil mis à la disposition des juges correctionnels" et se déclare "réservé sur l’extension de cette peine à tous les délits à compter du 1er janvier 2017".

Lire la suiteLire la suite
La Chancellerie publie une circulaire de politique pénale relative au procureur de la République financier

« La création d'un procureur de la République spécialisé compétent sur toute l'étendue du territoire national modifie l'organisation judiciaire conçue pour lutter contre la grande délinquance économique et financière. » C'est ce qu'indique la ministre de la Justice, Christiane Taubira, dans une circulaire du 31 janvier 2014 publiée au Bulletin officiel de la Chancellerie du 14 février 2014. Cette circulaire de politique pénale relative au procureur de la République financier « précise la nouvelle architecture des juridictions spécialisées en matière économique et financière » et définit le champ de compétence de ce procureur « pour faciliter la fluidité de l'échange d'informations avec ses interlocuteurs institutionnels et judiciaires ».

Lire la suiteLire la suite
La violence en Guadeloupe « menace les fondements mêmes de la société » (Circulaire de Christiane Taubira)

La violence a atteint en Guadeloupe « un niveau qui est sans commune mesure avec les autres régions françaises, et qui menace les fondements mêmes de la société », indique la garde des Sceaux, Christiane Taubira, dans une circulaire de politique pénale territoriale pour la Guadeloupe, publiée au bulletin officiel du ministère de la Justice du 31 janvier 2014. Dans une seconde circulaire, publiée le même jour et consacrée à la Martinique, Christiane Taubira, constate que, dans cette région, « les violences et les infractions à la législation sur les stupéfiants atteignent un niveau préoccupant ». Elle fixe donc les objectifs principaux de la politique pénale sur ces deux territoires : « réduire les violences, maîtriser la surpopulation carcérale et ses effets, affermir la lutte contre la criminalité financière et organisée et préserver la richesse du patrimoine naturel ».

Lire la suiteLire la suite