Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Comment Michelin cherche à "capitaliser" sur les compétences acquises par les élus du personnel pendant leur mandat

Établir "une liste des compétences correspondant à l’exercice d’un mandat de représentant du personnel ou d’un mandat syndical" : c’est ce que prévoit notamment la loi "Rebsamen" relative au dialogue social et à l’emploi. C’est aussi ce qu’a fait le groupe Michelin en France, pour valoriser les compétences des élus du personnel en vue d’un retour à 100 % sur un poste de travail. Dès 2013, après la signature d’un accord sur les relations sociales, un groupe de travail réunit la direction, les organisations syndicales et l’association Dialogues, pour constituer une fiche d’évaluation permettant d’identifier les compétences acquises durant un mandat. Benoît de la Bretèche, directeur des relations sociales, revient pour AEF sur cette démarche, qui s’insère dans une volonté plus globale du groupe, de construire "une nouvelle manière de travailler avec les organisations syndicales".

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Loi dialogue social : le détail des dispositions adoptées sur la valorisation des parcours des titulaires d’un mandat

Le projet de loi relatif au dialogue social et à l’emploi, adopté définitivement par l’Assemblée nationale jeudi 23 juillet 2015, met en place des dispositifs destinés à valoriser des parcours professionnels des élus et des titulaires d’un mandat syndical : garantie d’évolution de la rémunération, entretiens de début et de fin de mandat, formation syndicale, création d’une liste de compétences reconnues liées à l’exercice de mandats et possibilité d’exercer un mandat syndical hors de l’entreprise figurent dans ce texte. Les parlementaires de l’opposition ont annoncé vouloir saisir le Conseil constitutionnel pour contester plusieurs dispositions du projet de loi.

Lire la suiteLire la suite