Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Décret d’avance : l’Assemblée nationale et le Sénat défavorables à l’annulation des crédits recherche

La commission des finances du Sénat émet un "avis défavorable" sur le projet de décret d'avance du gouvernement, estimant que "la réduction des moyens alloués aux opérateurs de la recherche est incohérente avec les engagements pris par le président de la République de sanctuariser voire d’augmenter ces crédits", indique-t-elle mardi 24 mai 2016. C’est ce décret qui prévoit notamment l’annulation de 256 M€ de crédits pour la Mires (lire sur AEF). La commission des finances de l’Assemblée nationale a, elle, donné un avis favorable au décret d’avance mais a voté une demande de suppression des annulations de crédits concernant la recherche. Ces deux avis, prévus par l’article 13 de la Lolf, sont uniquement consultatifs. Lors des questions au gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem s’est engagée à réabonder les organismes si les 134 M€ venaient à leur manquer (lire sur AEF).

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Le Cneser refuse toute suppression de crédit pour l’enseignement supérieur et la recherche

"Le Cneser exige qu’il n’y ait aucune suppression de crédit", indique-t-il dans une motion votée à l’unanimité le 23 mai 2016 (1). Il réagit à la décision du gouvernement d’annuler 256 M€ des crédits 2016 de la Mires (lire ici) dont 134 M€ pris sur la trésorerie organismes de recherche (lire ici) et reprend les arguments développés dans une tribune par 8 grands chercheurs, lesquels dénoncent "un suicide scientifique et industriel" (lire ici). Le Cneser "exige au contraire une loi de programmation pluriannuelle de moyens humains et financiers qui soient à la hauteur des enjeux de l’ESR, avec un financement en augmentation de 2 milliards d’euros par année pendant dix ans, pour atteindre l’objectif de 1 % du PIB pour la recherche publique, 2 % de PIB pour l’enseignement supérieur ainsi que la politique nécessaire pour atteindre les 3 % pour la dépense totale en matière de recherche."

Lire la suiteLire la suite
Pour 7 Nobel français, les annulations de crédits envisagées sont "un suicide scientifique et industriel" (Le Monde)

"Nous avons appris le même jour que les dépenses de R&D de l’État fédéral allemand ont augmenté de 75 % en dix ans (lire sur AEF), et que le gouvernement français annulait 256 M€ des crédits 2016 de la Mires (lire sur AEF), représentant un quart des économies nécessaires pour financer les dépenses nouvelles annoncées depuis le mois de janvier", écrivent huit chercheurs français dont sept Prix Nobel dans une tribune parue dans Le Monde daté du 24 mai 2016 pour lancer "un appel" au gouvernement. "Au sein de ces mesures, on note que les principaux organismes de recherche sont particulièrement touchés, le CEA, le CNRS, l’Inra et l’Inria, pour une annulation globale de 134 M€", précisent-ils. Pour eux, ces mesures "s’apparentent à un suicide scientifique et industriel".

Lire la suiteLire la suite