Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Rémunération des dirigeants : une nouvelle version du code Afep-Medef va rendre le "say on pay" "impératif"

Le nouveau code Afep-Medef, qui sera ouvert à la consultation du public mardi 24 mai 2016, prévoit de rendre "impératif" le vote sur la rémunération des dirigeants des actionnaires en assemblée générale, indiquent Pierre Gattaz et Pierre Pringuet lors d’une conférence de presse vendredi 20 mai 2016. Ainsi, en cas de vote négatif, le conseil d’administration devra faire une contre-proposition qui devra être rendue publique. La refonte du code avait été annoncée en novembre par les deux organisations patronales (lire sur AEF), mais un scandale autour de la rémunération du patron de Renault, Carlos Ghosn, a accéléré les choses. Le 29 avril, le conseil d’administration du constructeur automobile avait en effet décidé d’entériner la rémunération de 7,2 millions d’euros pour 2015 de Carlos Ghosn, malgré le vote défavorable des actionnaires en assemblée générale.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Rémunération des dirigeants : une proposition de loi adoptée en commission vise à rendre contraignants les votes des AG

La commission des Affaires sociales de l’Assemblée nationale a adopté, mercredi 18 mai 2016, la proposition de loi visant à encadrer les rémunérations dans les entreprises déposée par le député Gaby Charroux (GDR, Bouches-du-Rhône) le 13 avril. Le texte a cependant été modifié, les députés ayant rejeté son article 1er, qui visait à limiter de 1 à 20 les écarts de rémunération dans les entreprises. Le texte prévoit de limiter à deux le nombre de conseils d’administration dans lesquels une même personne peut siéger, au lieu de cinq actuellement. Par ailleurs, un article additionnel a été adopté, qui prévoit de "rendre décisionnel le vote de l’assemblée générale des actionnaires sur les rémunérations des mandataires sociaux". Le texte doit être examiné en séance publique le 26 mai.

Lire la suiteLire la suite