Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

Détection de la radicalisation : Bernard Cazeneuve appelle les services de renseignement à s’appuyer sur les chercheurs

Les services de renseignement doivent collaborer avec "le monde de la recherche" afin de mieux "analyser les renseignements collectés" et "comprendre les phénomènes" de radicalisation, déclare Bernard Cazeneuve, mercredi 27 avril 2016. L’objectif est de leur permettre de "mieux déceler ceux qui peuvent représenter un danger particulier", souligne le ministre de l’Intérieur, qui intervenait lors du colloque sur la prévention de la radicalisation organisé par le comité interministériel de prévention de la délinquance à Paris. "Un ministère comme le mien ne peut pas réduire son combat au dialogue du ministre avec les services de renseignement et les services de sécurité intérieure", estime-t-il.

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 88 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Sécurité globale
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Radicalisation : Pierre N’Gahane décrit les enjeux et les difficultés de la détection en ouverture d’un colloque

"Nous avons identifié plus de 9 000 situations à risque" depuis la création de la plateforme de signalement des individus radicalisés, signale Pierre N’Gahane, mercredi 27 avril 2016. "Toutes ces personnes se trouvaient dans des situations chaotiques avant leur basculement", note le secrétaire général du CIPD à l’occasion d’un colloque organisé par ses services à Paris. La radicalisation touche des personnes qui "sont dans un parcours d’échec" et "cherchent des solutions", estime le préfet, qui cite "le suicide", "les sectes" ou "la délinquance" comme autres alternatives. Pierre N’Gahane souligne l’importance de "déconstruire le discours faussement religieux" destiné aux personnes radicalisées. Hélène Geoffroy, secrétaire d’État chargée de la Politique de la Ville, rappelle que les contrats de ville seront complétés en 2016 par un "plan d’action sur la prévention de la radicalisation".

Lire la suiteLire la suite
Pour Bernard Cazeneuve, le ministère de l'Intérieur doit s'ouvrir au monde universitaire et aux centres de recherche

"Nous ne pouvons pas continuer, au ministère de l’Intérieur, à considérer que la maîtrise opérationnelle suffit à elle seule à tout régler. Que la culture du secret qui s’y attache doit être la seule culture. Que face aux défis auxquels nous sommes confrontés, nous sommes capables d’y arriver seuls, même s’il est évident qu’on ne pourra pas y arriver sans nous", affirme Bernard Cazeneuve à la direction générale de la gendarmerie nationale, mercredi 20 avril 2016. Le ministre de l'Intérieur s’exprimait en clôture d'un "hackathon" organisé par la DGGN. "Je tiens énormément à ce que les années qui viennent soient des années d’ouverture du ministère de l’Intérieur à son environnement et notamment à son environnement universitaire et aux centres de recherche", précise-t-il. Le "hackathon" est "un événement très emblématique de ce que nous voulons faire au ministère de l’Intérieur".

Lire la suiteLire la suite

Sécurité publique

Aperçu de la dépêche Aperçu
"La lutte contre la radicalisation requiert la mise en place d’une stratégie locale dédiée" (Elizabeth Johnston, Efus)
Lire la suite

Sécurité publique

Aperçu de la dépêche Aperçu
Centres de déradicalisation : "Deux sites seront opérationnels en 2016" (Pierre N’Gahane, CIPDR)
Lire la suite
Gilles Kepel demande "une meilleure fluidité" entre universitaires et pouvoirs publics pour comprendre le djihadisme

"Dans l’analyse et la prise en compte" du djihadisme, "une meilleure articulation entre la connaissance universitaire et la sphère publique est une nécessité absolue", affirme Gilles Kepel, mercredi 4 février 2015. "Nous aurions pu disposer d’un certain nombre d’outils d’analyse plus efficients si nous avions été attentifs à une meilleure fluidité entre ces deux sphères", estime ce politologue spécialiste de l’islam, qui était auditionné par les députés de la commission d’enquête sur la surveillance des filières et des individus djihadistes. "C’est le sens d’un rapport que je viens de remettre au Premier ministre qui m’avait été commandé par son prédécesseur", ajoute-t-il.

Lire la suiteLire la suite