Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Politiques de l’emploi| Dépêche n°536794

"Comment donner du sens au CPA", par Jean-Patrick Gille et Jean-Marie Luttringer

"En l'état actuel du projet de loi Travail, le CPA n’est encore qu’un 'réceptacle' vide de sens et pour l’essentiel de contenu", estiment le député (PS, Indre-et-Loire) Jean-Patrick Gille et le juriste Jean-Marie Luttringer dans une tribune publiée par AEF. Face à ce constat ils appellent à "donner du sens au compte personnel d’activité", ce à quoi le débat parlementaire pourrait contribuer. Pour cela, ils souhaitent que soit créée une "nouvelle garantie sociale" et pas seulement "un compte sans dotations dédiées" qui ne serait "qu’un simple outil de gestion". Ils affirment également que ce sera "l’épargne temps, pensée tout au long de la vie, généralisée à tous les actifs et gérée par une institution indépendante […] qui apportera la valeur ajoutée du CPA".

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

"Le compte personnel d’activité (CPA) peut-il être considéré comme la contrepartie 'sécurité' au bénéfice des actifs, d’une plus grande liberté accordée à l’entreprise, pour la gestion de l’emploi et l’organisation du travail ? À l’évidence non, en l’état actuel du projet de loi Travail. Le CPA n’est encore qu’un 'réceptacle' vide de sens et pour l’essentiel de contenu. Le fait d’y ranger le compte personnel de formation et le compte pénibilité ne change rien à l’affaire. Ces comptes existent indépendamment du CPA qui ne les a pas institués et ne leur apporte à ce stade aucune plus-value. Il en va de même du nouveau compte 'engagement citoyen'.

En revanche, en élargissant le périmètre du CPF (jeunes issus du système éducatif sans qualification, travailleurs non-salariés, fonctionnaires) et en rendant son usage plus accessible (éligibilité du bilan de compétences et de l’accompagnement à la création d’entreprises, simplification des listes…), le projet de loi fait œuvre utile. Il s’agit d’un enrichissement bienvenu du CPF. Cela n’a rien à voir avec le CPA.

s'interroger sur la finalité du CPA

Il faut alors s’interroger sur la finalité et les fonctions de ce dernier : regrouper des droits existants dans un outil (compte réceptacle) à vocation d’information dont l’accès est facilité par de nouvelles technologies ? Organiser de manière marginale la fongibilité entre certains de ces droits ? Convenons que ces finalités et ces fonctions ne sont pas de nature à créer les conditions de l’équilibre entre flexibilité et sécurité qui est prétendument au cœur du deal de la loi Travail.

Si l’on veut vraiment atteindre cet objectif il ne suffit pas de créer "un compte" sans dotations dédiées, et qui n’est, comme son nom l’indique, qu’un simple outil de gestion, il faut instituer une nouvelle 'garantie sociale' conçue pour couvrir un risque social non couvert aujourd’hui par les garanties sociales existantes : maladie, accident du travail, vieillesse, dépendance, chômage, obsolescence des connaissances, fondées sur la solidarité ou la mutualisation.

Ce risque n’a pas été identifié ni nommé, dans le projet de loi, sauf sous le vocable imprécis de sécurisation des parcours professionnels. Or la notion de parcours ne renvoie pas à celle de risque et tous les parcours professionnels ne sont pas nécessairement placés sous le signe de l’insécurité. En revanche la généralisation et l’accélération des transitions professionnelles, choisies ou subies, d’une activité à une autre, d’un statut à un autre, constituent un facteur de risque pour les personnes concernées. Le CPA serait alors l’un des outils, à la disposition de chaque personne, dédié à 'l’accompagnement des transitions professionnelles', que celle-ci peut connaître tout au long de sa vie.

l'épargne temps, valeur ajoutée du CPA

L’accompagnement et la sécurisation des transitions professionnelles renvoient par essence même à un droit universel et personnel en ce qu’il englobe les transitions entre toute forme d’activité professionnelle, salariée ou non salariée. Ce droit de la transition professionnelle est constitué du compte personnel de formation orienté vers la qualification, du compte pénibilité permettant notamment des reconversions lourdes en cours de vie professionnelle, d’une fonction de conseil en évolution professionnelle universelle et élargie. Ces diverses composantes d’un droit organisateur de la transition professionnelle existent d’ores et déjà sous forme embryonnaire. Elles devront être consolidées par la loi.

Cependant c’est 'l’épargne temps', pensée tout au long de la vie, généralisée à tous les actifs et gérée par une institution indépendante, extérieure à l’entreprise, qui apportera la valeur ajoutée du CPA. Celui-ci, qui n’est aujourd’hui qu’une coquille vide, sera alors doté d’un fond, constitué par l’épargne temps, sur lequel viendront se greffer divers comptes, 'fongibles' à l’initiative du titulaire du CPA, en fonction de ses projets 'd’activité'."

à lire aussi
CPA : France stratégie fait le bilan du débat public mené autour du dispositif

Valoriser les engagements hors travail, améliorer l’accès à la formation professionnelle, améliorer l’accompagnement et faire du CPA le levier d’une protection sociale plus universelle, tels sont les quatre catégories de propositions formulées dans le cadre du débat public organisé par France stratégie autour du compte personnel d'activité. Après deux mois d’animation de débats et de recueil des différentes expressions d’associations, de partenaires sociaux, de collectifs, de fédérations ou encore de partis politiques, France stratégie tire, début avril 2016, le bilan des attentes et des craintes exprimées à l’égard de ce dispositif qui entrera en vigueur au 1er janvier prochain.

Lire la suiteLire la suite
CPA : dans une lettre ouverte aux députés, les associations de lutte contre l’exclusion proposent plusieurs mesures

Faire du CPA un "levier pour une formation efficace des personnes peu qualifiées" et faire en sorte que la protection sociale soit "plus adaptée à des parcours professionnels plus heurtés qu’auparavant". Tels sont les deux objectifs visés par les huit propositions formulées par les associations de lutte contre l’exclusion dans une lettre ouverte adressée aux députés, mardi 5 avril 2016. Alors que l’examen du projet de loi El Khomri est en cours en commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale, la Fnars, le Coorace, le Secours catholique, le MNCP, l’Uniopss, Emmaüs, l’APF et le collectif Alerte écrivent aux députés pour "assouplir les conditions d’éligibilité au financement du CPF", "intégrer dans le CPA un grand nombre de droits sociaux" en les rendant fongibles ou encore "construire une interface simple d’accès".

Lire la suiteLire la suite

Politiques de l’emploi

Aperçu de la dépêche Aperçu
CPA : le débat sur l’intégration d’un compte temps "n’est pas mûr aujourd’hui" (Myriam El Khomri)
Lire la suite

Politiques de l’emploi

Aperçu de la dépêche Aperçu
Le CPA, plus "chimère" que réalité. Une analyse de Jean-Marie Luttringer
Lire la suite
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

, journaliste