Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

Mouvement "Nuit debout" : à Paris, les autorités tentent de concilier état d’urgence et liberté de manifester

Le mouvement "Nuit debout", lancé le 31 mars 2016, rassemble chaque soir plusieurs centaines de personnes sur la place de la République, à Paris. Plusieurs personnalités politiques – surtout au sein de l’opposition — s’étonnent du fait que, dans un contexte d'état d'urgence, les autorités n'interdisent pas cette manifestation. "Je comprends la colère des gens de gauche par rapport à la politique conduite par François Hollande, mais je suis profondément choqué qu’on ait, d’un côté, l’état d’urgence et que, de l’autre, on tolère ce type de rassemblement", déclare ainsi le député LR de la Sarthe, François Fillon, invité du "Grand rendez-Vous" Europe 1-Le Monde-Itélé, dimanche 10 avril 2016. Contactée par AEF, une source interne à la Préfecture de police explique qu’il n’est pas question d’interdire les manifestations déclarées, "même en état d’urgence".

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 89 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Sécurité globale
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
"L’état d’urgence perd de sa pertinence au fur et à mesure que le temps passe" (Dominique Raimbourg)

"L’état d’urgence perd de sa pertinence au fur et à mesure que le temps passe, parce que les mesures de perquisitions et d’assignations à résidence sont de moins en moins nombreuses", affirme le président de la commission des Lois de l’Assemblée nationale, mercredi 30 mars 2016. Dominique Raimbourg présentait le troisième bilan du contrôle de l’état d’urgence qu’il mène avec Jean-Frédéric Poisson (LR, Yvelines). Il souligne qu’au 26 février 2016, "3 397 perquisitions administratives et 400 assignations à résidence avaient été réalisées", mais constate que 98 % des perquisitions ont eu lieu avant le 1er janvier 2016. "Si l’état d’urgence cesse, nous ne sommes pas démunis, le droit commun permet une lutte contre la délinquance, la radicalisation et le terrorisme", indique le député socialiste de Loire-Atlantique.

Lire la suiteLire la suite
Terrorisme : plusieurs solutions numériques imaginées lors d'un "hackathon" organisé à Paris

Une dizaine de projets en matière de sécurité ont été sélectionnés à l’issue d’un "hackathon" organisé à Paris du vendredi 15 au dimanche 17 janvier 2016. Adressé à la communauté des nouvelles technologies, ce séminaire imaginé après les attentats de novembre 2015, constituait "une première mondiale", selon Jean-Louis Missika, adjoint à la maire de Paris chargé du développement économique et de l’attractivité. Les projets portent sur la modernisation des contacts entre les particuliers et les centres d’appels, sur la lutte contre la radicalisation en ligne ou encore sur la lutte contre les rumeurs sur les réseaux sociaux.


Lire la suiteLire la suite
Manifestation sur le climat interdite à Paris : neuf personnes toujours en garde à vue

341 personnes ont été interpellées et 317 placées en garde à vue à la suite d’une manifestation interdite organisée en marge de la COP 21, annonce Johanna Primevert, porte-parole de la Préfecture de police, lundi 30 novembre 2015. "La grande majorité des individus placés en garde à vue l’ont été pour participation à une manifestation interdite" – les autorités préfectorales avaient interdit l’ensemble des manifestations en Île-de-France jusqu’au 30 novembre 2015 —, tandis qu’une dizaine d’autres l’ont été pour "des violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique ou pour des jets de projectiles", ajoute Johanna Primevert. "Certaines gardes à vue ont d’ores et déjà été levées, tandis que l’enquête se poursuit sous l’autorité du procureur de la République." Neuf gardes à vue étaient toujours en cours en fin de journée, apprend AEF de source judiciaire.

Lire la suiteLire la suite

Sécurité publique

Aperçu de la dépêche Aperçu
Interdiction des manifestations de voie publique : Michel Cadot détaille le dispositif de la Préfecture de police
Lire la suite