Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Anne Hidalgo déçue par le nouvel arrêté interministériel de gestion des pics de pollution

Si la maire de Paris "[se] réjoui[t]", lundi 11 avril 2016, de la parution deux jours auparavant d’un arrêté interministériel sur la gestion des pics de pollution, elle "exprime toutefois [sa] déception, puisqu’il n’apporte pas les réponses demandées de longue date et attendues par les acteurs de la lutte contre la pollution de l’air, qui avaient pourtant été annoncées par le ministère du Développement durable". Anne Hidalgo note ainsi qu' "aucun pouvoir de décision n’est donné aux collectivités locales : le préfet reste, comme cela était déjà le cas, seul décisionnaire".

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
La proposition de loi écologiste sur la pollution de l’air adoptée en première lecture à l’Assemblée nationale

La proposition de loi visant à l’automaticité du déclenchement de mesures d’urgence en cas de pics de pollution, inscrite dans la niche annuelle du groupe écologiste, a été adoptée en première lecture à l’Assemblée nationale jeudi 14 janvier 2016. Les groupes SRC, GDR et RRDP ont voté pour, les groupes LR et UDI contre. Le gouvernement a apporté son soutien jusqu’à ce que les députés votent contre un amendement supprimant la référence à la pollution des feux de cheminée à foyer ouvert, faisant remonter un contentieux vieux d’un an, lorsque Ségolène Royal était revenue au dernier moment sur l’interdiction de ces foyers en Île-de-France, jugeant qu’il ne s’agissait pas d’une bonne mesure pour lutter contre la pollution atmosphérique. Il a par ailleurs annoncé les grandes lignes de l’arrêté interministériel qui serait prochainement pris sur la gestion des épisodes de pollution.

Lire la suiteLire la suite