Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Bachelor : la CPU "ne peut pas accepter que l’État reconnaisse, voire finance, de nouvelles formations sélectives"

"Depuis maintenant plusieurs années, le terme de 'bachelor' est utilisé en France de façon anarchique pour désigner des diplômes qui se revendiquent de niveau bac +3 ou bac +4, de qualité et de reconnaissance hétérogènes", pointe la CPU dans un communiqué vendredi 8 avril 2016. Cette tendance "s’accélère" avec notamment "l’annonce de l’ouverture de bachelors, souvent en dehors de toute procédure d’accréditation, dont les attendus sont très variables (accueil des bacheliers professionnels ou technologiques, accueil des étudiants étrangers de haut niveau, etc.) et dont les conditions d’accès ne le sont pas moins (sélection, droits d’inscription), sans parler de leurs débouchés". C’est pourquoi, la CPU rappelle "fermement qu’en France le bachelor s’appelle licence (au sens du LMD) et qu’à l’international la licence est un bachelor".

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement