Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Les universités ne vont pas "se laisser prendre le titre de bachelor !" (Jacques Bittoun, Paris-XI, à l'Assemblée)

"Les grandes écoles vont vouloir avoir une visibilité internationale et une mise aux standards internationaux alors que c’était notre privilège en tant qu’université", juge Jacques Bittoun, président de l’université Paris-Sud, lors d’une audition organisée par la mission d"information de l’Assemblée nationale sur la loi ESR du 22 juillet 2013 (1), le 10 mars 2016 (lire sur AEF). "La naissance du bachelor va être une source de conflit majeur, parce que nous avons une particularité sémantique en France, avec la licence". Il rappelle que "le système LMD au niveau de Bologne signifie 'bachelor, master, doctorat'". Les universités françaises ont "bien l’intention qu’à l’international, les étudiants titulaires d’une licence puissent faire valoir qu’ils ont un bachelor" et elles ne vont pas "se laisser prendre le titre de bachelor !"

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
"Anecdotique" ou signe de l’évolution des écoles d’ingénieurs, le bachelor de l’X interroge le milieu des prépas

"Après Polytechnique, est-ce que d’autres écoles d’ingénieurs vont prendre le pas" en créant à leur tour des bachelors ?" C’est la question que se pose Hervé Riou, président de l’Upsti. L’X a annoncé en décembre dernier la création à la rentrée 2018 d’un cycle bachelor pour 160 étudiants, sanctionné par un diplôme d’établissement, "valant grade de licence" (lire sur AEF). Les différents acteurs du milieu des prépas n’ont pas tous la même perception de ce nouveau diplôme. Du côté de l’APLCPGE, l’inquiétude prédominait "au départ" mais le cursus de l’X "se veut professionnalisant", assure son président, Jean Bastianelli. À l’UPS, cette annonce est jugée "assez anecdotique" au regard du nombre d’écoles d’ingénieurs en France.

Lire la suiteLire la suite