Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Achats publics : création d’une direction des achats de l’État par décret

Le ministre des finances et de comptes publics a présenté lors du Conseil des ministres du mercredi 2 mars 2016 un décret (1) créant la direction des achats de l'État et relatif à la gouvernance des achats de l’État. S’appuyant sur les conclusions d’un rapport remis par le directeur du Service des achats de l’État (SAE), le Gouvernement a décidé de renforcer la gouvernance des achats de l’État et de créer une direction des achats de l’État (DAE), placée auprès du ministre des finances et des comptes publics.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
CNRS : la plate-forme d'achat en ligne (AEL) pourrait représenter près de 10 % des achats annuels

Dans leur rapport "Implantation territoriale des organismes de recherche et perspectives de mutualisation entre organismes et universités", l'IGAENR et l’IGF pointent les bénéfices substantiels que devrait engendrer à terme une politique des achats, structurée et mutualisée. Cité par les inspections comme un modèle de développement à suivre, le CNRS aborde aujourd’hui une nouvelle étape de la dématérialisation de sa chaîne de dépenses avec le lancement depuis avril d’une plate-forme d’achats en ligne permettant un accès direct aux catalogues des fournisseurs titulaires de marchés de l’établissement. Aujourd’hui en phase pilote dans une quinzaine de laboratoires, la plate-forme devrait se généraliser d’ici deux à trois ans et pourrait représenter près de 10 % des achats annuels de l’établissement (environ 60 M€).

Lire la suiteLire la suite