Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Revenir en haut de la page

ODD : John Ruggie appelle les entreprises à ne pas substituer leurs actions à leurs devoirs sur les droits de l’homme

"J’attire votre attention sur un risque particulier que je perçois dans les discours des entreprises sur les ODD (objectifs de développement durable), dans l’espoir que vous puissiez le transformer en opportunité à la place : les actions de développement ne doivent pas se substituer aux mesures à prendre pour remédier aux impacts négatifs de leurs opérations et de leurs relations commerciales sur les droits de l’homme", écrit John Ruggie, président de Shift, un think tank dédié aux entreprises et aux droits de l’homme, et ancien représentant spécial du secrétaire général des Nations unies pour les droits de l’homme et les entreprises, dans une lettre datée du 16 février 2016. Elle est adressée à la Global commission on business and sustainable development, nouvelle commission lancée lors du Forum économique de Davos le 21 janvier 2016 (lire sur AEF).

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Développement durable
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Réunissant des représentants des entreprises, des syndicats et de la société civile, cette commission a pour mission de repérer "les avantages économiques significatifs pour les entreprises qui s’impliquent dans la réduction de la pauvreté et dans le développement durable", notamment en contribuant à réaliser les ODD d’ici 2030. La lettre de John Ruggie, qui se félicite de la création de cette commission, est adressée à ses deux co-présidents, Mark Malloch-Brown, ancien secrétaire général adjoint des Nations unies, et Paul Polman, PDG d’Unilever, ainsi qu’à l’un de ses membres, Peter Bakker, président du WBCSD.

"elles donnent d’une main ce qu’elles reprennent de l’autre"

"Les entreprises ont depuis longtemps admis l’idée que le développement et la prospérité dépendent en partie de la réduction des impacts environnementaux négatifs de leurs activités. Bien sûr, elles trouvent des façons positives de concevoir leurs objectifs pour gagner des clients et motiver leurs employés", remarque John Ruggie dans sa lettre. "Pourtant, quand il s’agit de l’aspect social du développement, trop d’entreprises se précipitent sur des opérations promotionnelles, en omettant le point de départ essentiel, celui qui consiste à réduire les impacts négatifs de leurs activités et chaîne de valeur sur les gens. Quand les droits des populations ne sont pas entièrement respectés, leur capacité à profiter des fruits du développement se trouve bien réduite, et les disparités entre les pauvres et plus vulnérables et le reste de la société ne font que grandir."

"En revanche, lorsque les entreprises concentrent leurs ressources sur la réduction des risques sur les droits de l’homme dans leur chaîne de valeur, elles ne réduisent pas seulement les dangers mais aident à promouvoir le développement", assure le professeur de Harvard. "Trop d’entreprises mettent aujourd’hui leurs ressources dans des initiatives de développement social, tout en ignorant leurs impacts. Au final, elles donnent d’une main ce qu’elles reprennent de l’autre. Ce n’est pas le chemin à suivre pour aller vers un développement durable", met en garde John Ruggie. "Nous avons besoin d’un discours sur les aspects sociaux des ODD qui fait écho à celui qui existe du côté environnemental. Le point de départ doit être une réduction des impacts négatifs des activités des entreprises sur les droits de l’homme. Comme pour la réduction des risques environnementaux, cela doit faire l’objet de communication de manière à motiver les employés et soutenir des réglementations fortes dans l’entreprise."

Il rappelle que les principes directeurs de l’ONU sur les droits de l’homme et entreprises, dont il est l’auteur [adoptés par le Conseil des droits de l’homme de l’ONU fin juin 2011, lire sur AEF], développent cet aspect et fournissent les "standards nécessaires".

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Sabrina Dourlens, journaliste