Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Le parcours de Christophe Bouchard, nouveau directeur de l'AEFE

Christophe Bouchard, ministre plénipotentiaire de 2e classe, a été nommé directeur de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE), au Journal officiel du 21 janvier 2016 (lire sur AEF). Il succède à Hélène Farnaud-Defromont, appelée à d’autres fonctions, à compter du 1er février 2016. Christophe Bouchard a notamment été conseiller diplomatique du président de l’Assemblée nationale, Laurent Fabius et conseiller technique de Pierre Moscovici, ministre délégué aux Affaires européennes de 1998 à 2001. Voici son parcours :

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Le contrat d’objectifs et de moyens de l’AEFE, sûrement "le dernier" avant que l’État ne tranche sur l’avenir du réseau

Les ambitions de l'AEFE décrites dans son contrat d’objectifs et de moyens sont-elles "compatibles" avec les moyens mis en œuvre ? C’est la question posée par le député socialiste Christophe Premat (Français établis hors de France), dans le rapport d’information de l’Assemblée nationale, examiné en commission des affaires culturelles et de l’éducation, mardi 15 décembre 2015. Ce contrat d’objectifs et de moyens atteste d’"ambitions inchangées" puisque l’État fait le choix de préserver "les deux missions fondatrices de l’AEFE". Mais parallèlement, le rapporteur souligne un "contexte financier complexe et inquiétant". Selon lui, ce COM est "sans doute le dernier qui puisse épargner à la puissance publique de trancher sur l’avenir de son réseau d’enseignement à l’étranger". L’Assemblée nationale accorde à l’unanimité un avis favorable à ce contrat d’objectifs et de moyens.

Lire la suiteLire la suite