Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Sciences Po réforme sa gouvernance en s'inspirant "des modèles en œuvre dans les grandes institutions universitaires"

[MàJ] Sciences Po Paris vient de procéder à "la rénovation la plus profonde de sa gouvernance depuis 1945", indique-t-il le 20 janvier 2015 à l'occasion de la parution au JO des nouveaux statuts de l'IEP, après ceux de la FNSP fin décembre, marquant l'aboutissement d'un processus ouvert en novembre 2012 avec la publication d'un rapport critique de la Cour des comptes (lire sur AEF). "S'inspirant des modèles en œuvre dans les grandes institutions universitaires de par le monde, les nouveaux statuts réaffirment et clarifient le modèle dual qui prévaut à Sciences Po (...) constitué d'une Fondation [la FNSP] assurant la gestion d'un établissement public d’enseignement et de recherche [l'IEP]." Les étudiants entrent au CA de la FNSP et des règles de "bonne gouvernance" sont adoptées. L'Unef considère cependant que les nouveaux statuts affaiblissent la représentation étudiante.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
URGENT. Sciences Po : la Cour des comptes pointe « l'impossibilité d'un contrôle exercé par l'État, alors qu'il est le principal financeur »

« La dualité organique sur laquelle repose l'architecture institutionnelle de Sciences Po entraîne des difficultés de pilotage nées de la séparation entre les missions de gestion et d'enseignement d'une part, et entre les missions de recherche et d'enseignement, d'autre part », écrit la Cour des comptes en conclusion du chapitre qu'elle consacre à « l'architecture institutionnelle et la gouvernance atypique » de Sciences Po Paris, dans son rapport définitif intitulé « Sciences Po face aux évolutions de l'enseignement supérieur et de la recherche » (AEF n°203547) et qu'AEF a pu consulter, vendredi 26 octobre 2012. « Cette situation a entraîné la mise en place d'une gouvernance atypique, mais surtout de modalités de coordination et de pilotage insuffisamment efficaces. Sciences Po est également caractérisé par la faiblesse des organes de contrôle, tant internes qu'externes. Sur ce dernier point, l'absence totale de capacité d'information de l'État par le biais d'une représentation auprès des instances statutaires de la fondation, alors même qu'il la finance majoritairement, est particulièrement critiquable. »

Lire la suiteLire la suite
CONFIDENTIEL. Sciences Po Paris : les 19 recommandations de la Cour des comptes, qui « se réserve de donner des suites juridictionnelles »

Non-respect du code des marchés publics, infractions au statut des enseignants-chercheurs et irrégularités dans la gestion de leurs services, souscription d'un emprunt non autorisé et potentiellement risqué, système de rémunération opaque des salariés de la fondation et en particulier de l'administrateur-directeur, dysfonctionnements dans la gestion des logements de fonction, financement de la mission-lycée sur ressources de Sciences Po sans approbation du conseil d'administration : telles sont les « défaillances » dans la gestion de Sciences Po Paris relevées par la Cour des comptes dans son rapport définitif intitulé « Sciences Po face aux évolutions de l'enseignement supérieur et de la recherche » et qu'AEF a pu consulter, vendredi 26 octobre 2012. Les défaillances « conjoncturelles » (emprunt, mission lycée) « résultent de la faiblesse des contrôles internes [CA de la FNSP et conseil de direction de l'IEP] et externes [État] », indique la Cour. « D'autres sont au contraire structurelles, et ont été permises par l'ambiguïté juridique qui caractérise le statut actuel de Sciences Po, par la méconnaissance des textes qui lui sont applicables, par une gestion laxiste des enseignants-chercheurs ou de la rémunération des cadres et dirigeants de la fondation », poursuit-elle. Ce sont ainsi 19 recommandations que la Cour des comptes adresse donc à Sciences Po Paris et à l'État, tout en précisant qu'elle « se réserve de donner des suites juridictionnelles au vu des pièces en sa possession ».

Lire la suiteLire la suite