Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Les docteurs qui font carrière dans le privé conservent une "âme de chercheur" (étude d’Adoc TM)

Les docteurs ayant opté pour une carrière dans le secteur privé, "y compris ceux qui envisageaient initialement une carrière dans la recherche académique, se déclarent avec le recul satisfaits de leur parcours professionnel", enseigne une étude menée par le cabinet de conseil en recrutement de docteurs Adoc Talent Management, publiée le 21 décembre 2015. Se concentrant sur les "parcours" des docteurs ayant choisi le privé, cette étude montre également que, quels que soient leurs parcours professionnels, dans la recherche ou en dehors, les docteurs qui exercent dans le secteur privé conservent tous une "âme de chercheur" qui se traduit notamment par le souci de rester en lien avec l’innovation et la recherche.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Les docteurs partagent tous un « pool d'une vingtaine de compétences génériques », selon une enquête d'Adoc Talent Management

« L'enquête 'compétences et employabilité des docteurs' tente de répondre à la question de savoir si l'on peut définir un pool de compétences commun à tous les docteurs », explique à AEF Barthélémy Durette, chef de projet au sein du cabinet de conseil en recrutement de docteurs Adoc Talent Management, à l'initiative de l'enquête dont les résultats sont mis en ligne mardi 31 janvier 2012 sur le site de la société (1). « Pour ce faire, un travail essentiellement statistique a été mené à partir d'un questionnaire en ligne auquel ont répondu 5 000 docteurs et recruteurs, préparé par les réflexions de 'focus groups' et complété par des entretiens semi-directifs avec 25 docteurs et recruteurs » (AEF n°232451). La réponse apportée par la centaine de pages du rapport d'enquête est qu' « il existe bien un pool d'une vingtaine de compétences coeur – ou génériques – chez tous les docteurs, indépendamment de leur discipline, de leur taux de séniorité (antériorité de l'obtention de la thèse) et de l'environnement de la thèse (mode et source de financement, activités complémentaires, etc.) ». Ces compétences génériques « s'enrichissent ensuite de compétences spécifiques, notamment en fonction des disciplines », poursuit Barthélémy Durette.

Lire la suiteLire la suite