Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

Doyens de médecine :"Il faut supprimer le numerus clausus actuel" et tenir compte des capacités de formation (JP. Vinel)

Le contingentement des étudiants de médecine doit être axé "essentiellement sur les capacités de formation" et non pas sur la démographie médicale régulée nationalement "car les projections sont fausses", estime Jean-Pierre Vinel, président de la Conférence des doyens de faculté de médecine, lors d’une conférence de presse vendredi 4 décembre 2015 à Bobigny, dans le cadre des "États généraux de la formation et de la recherche médicales". Il propose ainsi "de supprimer le numerus clausus dans sa forme actuelle", qui est "un échec". Jean-Pierre Vinel recommande également de "diversifier le recrutement en augmentant le nombre de passerelles entrantes" ; "développer les modalités d’orientation active" ; "ouvrir de nouvelles expérimentations en santé" mais aussi "revoir le contenu de la Paces". Il revient, en outre, sur la nécessité de "simplifier les ECN", et la réforme du 3e cycle.

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 92 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Cursus et Insertion : la liste des DES de médecine au JO du 4 décembre 2015

Lire la suiteLire la suite

Protection sociale

Aperçu de la dépêche Aperçu
Paces : "Le numerus clausus n’a plus lieu d’être" (J.-P. Vinel, Doyens de médecine, dans Les Échos)
Lire la suite
Les nouvelles voies d'accès aux études de santé représentent entre 5 et 30 % du numerus clausus (projet de décret)

« Chacune des voies d'admission directes [dans les études de santé] représente au moins 5 % et au plus 30 % du nombre total de places offertes aux étudiants inscrits en Paces (première année commune aux études de santé). » C'est ce qu'indique le projet de décret présenté au Cneser des 16 et 17 décembre 2013, qui détaille les modalités de mise en œuvre des expérimentations en santé. Ce document précise également les étudiants éligibles aux dispositifs. En outre, un projet d'arrêté liste les 7 universités autorisées par le ministère à expérimenter (Angers, Paris-V, Paris-VII, Paris-XIII, Saint-Étienne, Rouen et Strasbourg) et indique le pourcentage du numerus clausus concerné par la nouvelle voie d'accès, cela pour chaque filière de santé, et pour chaque année jusqu'à 2019-2020.

Lire la suiteLire la suite
Expérimentations en santé : la liste des universités ayant transmis une demande au MESR

Treize universités – dont trois regroupées dans un PRES – souhaitent expérimenter, pour certaines dès la rentrée 2014, de nouveaux dispositifs de réorientation des étudiants inscrits en Paces (première année commune aux études de santé) et de nouvelles voies d'accès aux études de santé, ainsi que le permet la loi ESR. Pour cela, neuf dossiers d'expérimentation – certaines universités ayant développé des projets en commun – ont été transmis au ministère, indique à AEF Yvon Berland, président de la commission Santé de la CPU (Conférence des présidents d'université) et président d'Aix-Marseille Université. Ces dossiers devront être validés par le MESR. En effet, « le projet de décret devant cadrer ces expérimentations est encore en cours de rédaction et les dossiers devront être examinés par une commission avant d'être soumis au Cneser de décembre », indique à AEF le cabinet de la ministre.

Lire la suiteLire la suite
DÉCRYPTAGE. Que change la loi ESR pour les études de santé ?

12 803 places, toutes filières confondues, étaient proposées à l'issue de la Paces (première année commune des études de santé) en 2013 pour 55 000 inscrits, soit un taux d'échec au niveau national de 77 % (AEF n°198359). Deux ans après la mise en oeuvre de la Paces, qui devait limiter ce « gâchis humain » en renforçant l'orientation des étudiants, le bilan apparaît donc mitigé. Face à ce constat, la loi sur l'enseignement supérieur publiée en juillet 2013 veut permettre aux universités d'expérimenter. L'enjeu est double : réorienter plus précocement et en plus grand nombre les étudiants en Paces n'ayant pas le niveau requis ; et, à l'inverse, permettre à des étudiants aux profils variés d'intégrer des études de santé, soit par le biais d'une licence santé généraliste, soit après une ou plusieurs années d'études de licence. AEF revient en détail sur les changements apportés par la loi.

Lire la suiteLire la suite