Service abonnements 01 83 97 46 50

Revenir en haut de la page
Home| Sécurité globale| Sécurité privée| Dépêche n°511764

Réunion du Cofis : Thierry Delville chargé de créer "une task force" avec les industriels sur la lutte antiterroriste

Thierry Delville, le délégué ministériel aux industries de sécurité, est chargé "de mettre en place, avec les industriels et dans les meilleurs délais, une task force sur les modalités opérationnelles et juridiques de mise en œuvre de leurs propositions de contribution à l’effort de lutte contre la menace terroriste", annoncent les ministres de l’Intérieur et de l’Économie dans un communiqué publié à l'issu de la réunion du comité de filière industrielle de sécurité, mardi 1er décembre 2015.

"Les échanges de ce jour ont été marqués par l’actualité récente, et notamment la menace terroriste", indiquent Bernard Cazeneuve et Emmanuel Macron à l’issue de la deuxième réunion plénière du Cofis. La filière de la sécurité, ajoutent-ils, "a un rôle primordial à jouer pour fournir une réponse industrielle adaptée aux menaces auxquelles notre société, ses entreprises et ses citoyens doivent faire face".

ACCÉLÉRATION DES DÉMONSTRATEURS

Bernard Cazeneuve et Emmanuel Macron ont ainsi demandé "à ce que la filière accélère la mise en place de démonstrateurs technologiques à même de répondre aux grands défis de la sécurité de demain, au bénéfice de la compétitivité de ses acteurs". Jacques Roujansky, délégué général du Conseil des industries de la confiance et de la sécurité, l'instance qui représente les industriels au sein du Cofis, indiquait il y a quelques jours à AEF qu'il fallait "continuer à avancer vers des actions de plus en plus concrètes et efficaces" (lire sur AEF).

Enfin, Bernard Cazeneuve et Emmanuel Macron "ont souhaité la mise en place d’une réflexion prospective pour anticiper les besoins et défis technologiques d’avenir en matière de sécurité" et ont "encouragé l’identification d’un axe spécifique pour le secteur de la sécurité dans le cadre du prochain Programme des investissements d’avenir en lien avec le commissaire général à l’investissement".

Les deux ministres ont également dévoilé la seconde feuille de route du Cofis, structurée autour de quatre axes: "Fédérer et valoriser l’ensemble des acteurs de la filière, notamment les PME et les acteurs locaux", "développer une offre innovante et adaptée", "développer la base industrielle de sécurité" et "accéder aux marchés nationaux et à l’export". La première feuille de route comportait pour sa part sept axes (lire sur AEF).

Les nouvelles orientations "se traduisent par un certain nombre d’actions concrètes essentielles pour l’élaboration d’une politique industrielle de sécurité : l’établissement d’un catalogue de l’offre, la signature d’une charte de solidarité entre les grands groupes et PME de la filière, la mise en place d’un observatoire économique de la filière, et la mise en cohérence du besoin exprimé et des réponses technologiques apportées". En outre, un événement, les "assises de la filière", devrait être organisé au cours du premier semestre 2016.

FAIRE CONNAÎTRE DAVANTAGE LES TRAVAUX

Bernard Cazeneuve et Emmanuel Macron ont enfin, à propos des travaux accomplis depuis l’installation de cette structure, en 2013, "souligné la nécessité pour la filière de faire connaître davantage ses travaux et de communiquer très largement sur le savoir-faire français en matière de produits et de services de sécurité". "Ils ont pu insister sur l’importance, d’une part de favoriser les échanges avec les acteurs innovants (et en particulier les PME) au sein de la filière, et, d’autre part, de renforcer le travail collectif pour remporter de nouveaux marchés à l’export", ajoute le communiqué.

Le comité de filière indique que les travaux menés depuis deux ans ont permis de "disposer d’une image précise et consolidée du poids et de la dynamique de la filière", "de lancer des démonstrateurs technologiques dont ont bénéficié notamment des projets de vidéoprotection, de cybersécurité et de communications sécurisées", "de réaliser des actions ciblées en matière de normalisation et de soutien à l’export", et "de clarifier l’expression du besoin des acteurs de la filière" (lire sur AEF).

Fermer

Bonjour

Vous souhaitez contacter

Gabriel Thierry, journaliste