Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

19 présidents de petites et moyennes universités s’interrogent sur l’attribution des emplois au titre de la convergence

Le groupe des petites et moyennes universités s’interroge sur "les modalités d’attribution de la part convergence des 980 postes du programme 150 pour l’année 2016", dans une lettre ouverte à Thierry Mandon, secrétaire d’État à l’ESR, datée du 30 novembre 2015. Selon elles, le mode d’allocation pourrait changer et se baser sur "l’évolution des effectifs voire sur l’accélération de l’évolution des effectifs", "sans considérer la situation existante". Cela risquerait de "renforcer encore les divergences entre les taux d’encadrement des établissements […] et d’aller à l’encontre même de la politique de convergence annoncée depuis 4 ans". "La prise en compte du taux d’encadrement des établissements permet d’intégrer à la fois la situation actuelle des universités mais aussi l’évolution du nombre des étudiants sans s’arrêter à une vision annuelle trop réductrice", considèrent les PMU.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Idex-isite : 21 présidents d’université réclament de nouveaux critères d’attribution et des jurys distincts

Dans une tribune reçue par AEF ce 29 mai 2015, 21 présidents d’universités (1) appellent à "un débat sur les critères effectifs d’attribution" des programmes d’investissement d’avenir dédiés à l’ESR. Constatant que la première vague du PIA2 privilégie "la fusion des universités excluant une très grande partie des établissements", ils souhaitent que les futurs programmes s’appuient "sur la pertinence des projets de formation, de recherche et de valorisation, et non uniquement sur la structure de leur gouvernance ou sur une volonté de concentration thématique et territoriale", réclamant "des jurys distincts" pour idex et isite. La deuxième vague du PIA 2 et le PIA 3 doivent, selon eux, intégrer "une vision élargie du paysage", ne survalorisant plus la logique métropolitaine. Plus largement, les signataires demandent un refinancement de l’ESR et un plan pluriannuel de l’emploi scientifique.

Lire la suiteLire la suite