Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Près d’un quart des énarques passe par le monde de l’entreprise au cours de sa carrière

Alors que moins de 5 % des anciens élèves de l’ENA exercent des responsabilités politiques, 22 % des énarques acquièrent "une expérience dans le secteur privé à un moment ou un autre de leur carrière mais retournent dans le secteur public", relève une étude (1) de l’ENA/EHESS sur le parcours des anciens élèves de l’ENA (1985-2015), présentée le 24 novembre 2015 lors d’un colloque organisé pour les 70 ans de l’ENA. Autre enseignement, si un tiers des anciens élèves est passé par les cabinets ministériels, ils ne représentent qu’un quart des membres de ces cabinets. Quant à l’engagement politique, moins de 5 % des anciens élèves exercent des responsabilités politiques. "La très grande majorité des énarques se consacre donc au service de l’État et de leurs concitoyens", commente l’étude qui analyse par ailleurs l’évolution du profil des élèves.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
ENA : moins de 7 % des administrateurs civils ont le MENESR comme première affectation

Seuls 7,7 % des hommes et 4,7 % des femmes énarques administrateurs civils (1) ont le ministère de l’Éducation nationale comme première affectation. C’est ce qui ressort d’une étude de l’ENA/EHESS sur le devenir des anciens élèves de l’École nationale d’administration, présentée fin novembre 2015. La professionnalisation de la relation entre le MENESR et l’ENA fait partie des axes de travail de la mission de la politique de l’encadrement supérieur pour contribuer à l’attractivité du ministère (lire sur AEF). Selon cette étude, 29,3 % des admis au concours interne sont issus de l’Éducation nationale.


Lire la suiteLire la suite
Le gouvernement renforce l’obligation de mobilité statutaire des corps recrutés à la sortie de l’ENA

Un décret publié le 7 novembre 2015 au Journal officiel réforme le dispositif de la mobilité statutaire qui est imposée aux fonctionnaires appartenant à des corps recrutés par la voie de l’ENA pour accéder aux emplois supérieurs de direction de l’État, que ce soit en administration centrale ou au sein des services déconcentrés. Ce texte, qui vise à renforcer cette mobilité statutaire, entrera en vigueur le 1er janvier 2016. Pour être reconnu au titre de la mobilité statutaire, le changement d’affectation devra notamment permettre au cadre supérieur d’exercer des responsabilités dans un environnement professionnel nouveau. Cette obligation de mobilité statutaire est également étendue aux administrateurs du Cese (Conseil économique, social et environnemental). Ce décret avait été présenté en CSFPE en avril 2015.

Lire la suiteLire la suite
L’État doit ouvrir ses recrutements et moderniser la gestion des carrières, selon France Stratégie

Afin de "retrouver son rôle de force d’impulsion de la modernisation de la société française", l’État "doit d’abord donner l’exemple" en ouvrant son recrutement hors de la fonction publique et dans toutes les catégories socioprofessionnelles" et en modernisant la gestion de la fonction publique. Ces recommandations sont issues du rapport sur la "France dans dix ans" rendu public par France Stratégie (ex-Commissariat général à la stratégie et à la prospective) mercredi 25 juin 2014. Pour aller "vers plus de diversité", ce rapport suggère de recruter d’ici 2025 "hors de la fonction publique pour un quart des postes pourvus en Conseil des ministres". Il préconise aussi de "réviser le statut de la fonction publique". C’est tout l’enjeu de la négociation sur les parcours professionnels, les carrières et les rémunérations qui doit s’ouvrir entre syndicats et gouvernement le 1er juillet.

Lire la suiteLire la suite