Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Port de l’arme hors service : les syndicats de police demandent une mesure pérenne et rejettent un projet d’arrêté

Les syndicats de police rejettent à l’unanimité, lundi 30 novembre 2015 lors d’un comité technique, un projet d’arrêté destiné à modifier le règlement général d’emploi de la police nationale. Ce texte visait à autoriser les fonctionnaires à porter leur arme en dehors de leurs heures de service lorsque l’état d’urgence est proclamé. L’ensemble des organisations veulent que cette évolution ne se limite pas à l’état d’urgence mais devienne la règle. Le projet d’arrêté sera de nouveau soumis aux syndicats dans les jours à venir, et pourra alors entrer en vigueur quel que soit l’avis du comité technique de réseau de la police nationale.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Jean-Marc Falcone : "Les policiers pourront être armés en dehors de leurs heures de service"

Les policiers qui le souhaitent vont "pouvoir être réarmés en dehors de leurs heures de service et en dehors de leur repos de cycle", affirme le directeur général de la police nationale, Jean-Marc Falcone, sur RTL, jeudi 19 novembre 2015. La décision, indique-t-il, a été prise "par Bernard Cazeneuve hier matin". "C’est nécessaire pour les policiers, pour pouvoir assurer une présence efficace sur l’ensemble du territoire national, et aussi parce que le ministre de l’Intérieur et le gouvernement ont souhaité que l’ensemble du territoire puisse être maillé par l’ensemble des forces de la sécurité intérieure", souligne-t-il. "C’est une forte demande des policiers, c’est tout à leur honneur. Ce n’est pas un sujet imposé par l’administration", précise Jean-Marc Falcone. Selon lui, cette mesure est prise dans le contexte de l'état d'urgence.

Lire la suiteLire la suite